fbpx

Tigran Hamasyan triomphe à Montpellier

par

Par Nicolas Vidal – BSCNEWS.FR / Tigran Hamasyan a triomphé hier soir, à l’occasion du Printemps des Comédiens sous les micocouliers du majestueux domaine d’O. Pour qui ne connaît pas Tigran Hamasyan, il est fort simple de le présenter : c’est le prodige arménien du piano. Né en 1987 à Giumri en Arménie, Tigran Hamasyan a plongé à son plus jeune âge dans la musique et dans sa poésie. Très vite, il s’est imposé comme l’un des pianistes les plus talentueux de sa génération. À onze ans seulement, il se produit lors du 1er Festival Jazz d’Erevan. Pour l’édition de 2000, il est félicité par Chick Corea et Avishai Cohenn. Le talent de Tigran Hamasyan commence à peine à se faire un nom et à s’émanciper. Depuis, le jeune pianiste est devenu un grand nom. Il vit aujourd’hui à New York après avoir notamment étudié à l’Université de Californie du Sud à Los Angeles. Et hier soir, il était à Montpellier pour nous offrir une heure de bonheur. C’est au plus profond du Domaine d’O que Tigran Hamasyan a donné un concert puissant, profond, tantôt endiablé, tantôt mélancolique. Il a exprimé tout sa frénésie de musique en se coulant sur son piano et en chantonnant en même temps que ses notes. Tigran Hamasyan existe sur scène et dans sa musique. Rien autour ne semble empêcher l’expression de son talent. Et quiconque est le témoin de cette célébration musicale se sent emporté et bousculé. Il n’a rien à faire qu’à se laisser envoûter par ce jeune arménien qui n’est là que pour le beau, le vrai et la musique. Hier soir, sous le ciel étoilé de Montpellier, Tigran Hamasyan a envoûté l’assistance qui ne demandait qu’à passer la nuit en sa compagnie.
Lire les chroniques de Guillaume Lagrée sur Tigran Hamasyan dans le Jazz Club du BSC NEWS
Tigran Hamasyan : Le seigneur du Chatelet >> Tigran Hamasyan : Il vit et joue en même temps que vous >>

Retrouvez toutes les dates de concerts de Tigran Hamasyan sur son site officiel ici
Crédit Photo Tigran Hamasyan par Juan Carlos Hernandez ©

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à