fbpx

Le premier pas : un récit profondément humain de Marie Laure Bigand

par

Par Mélina Hoffmann – BSCNEWS.FR / « Et tout à coup, tandis que mes pas s’enchaînaient aux leurs, ma vue se brouilla, substituant les deux silhouettes en deux autres silhouettes, d’une autre époque, d’un autre lieu. Un flash éclair traversa mon esprit sous la forme d’un visage oublié, celui de Patricia, mon amie d’enfance. Cette vision soudaine me donna le vertige. Pourquoi là et maintenant son souvenir m’envahissait-il avec autant de force ? La mémoire jouait parfois de drôles de tours. »

Après quinze années de mariage au bout desquelles son ex-mari avait fini par lui préférer une femme plus jeune, Irène vit seule avec sa fille Solenne.
Difficile pour Irène d’accepter d’avoir été supplantée, non seulement dans son rôle de femme, mais également dans son rôle de mère puisque Solenne – en conflit permanent avec sa mère – considère comme une copine cette nouvelle belle-mère. Alors, lorsque l’adolescente exprime son désir d’aller vivre avec son père, c’en est trop pour Irène qui se sent plus seule et désemparée que jamais.
Lui revient alors subitement le souvenir de Patricia, son amie d’enfance qu’elle a perdu de vue depuis vingt ans. Renouer les liens qui les unissaient s’impose alors comme une nécessité. Irène décide de confier Solenne à son père le temps d’un été, et de partir à la recherche de cette amie perdue.
Mais que peut-il donc rester d’une amitié laissée à l’abandon vingt années durant ? Est-il seulement possible de ramener le passé à la vie ?
Irène part à la rencontre des parents de Patricia pour retrouver sa trace. Mais lorsqu’elle apprend que cette dernière ne leur a pas donné signe de vie depuis cinq ans, Irène comprend qu’il se passe quelque chose d’anormal et que ces retrouvailles risquent de ne pas être aussi simples qu’elle l’imaginait…
Cette histoire n’est pas seulement la quête d’une amitié perdue, elle est aussi la quête personnelle d’une femme à qui la vie semble avoir enlevé tous ses repères. Avec une infinie tendresse et une simplicité déconcertante, Marie-Laure Bigand aborde les thèmes essentiels de la vie courante : liens familiaux, amitié, amour, quête de soi, solitude… et d’autres plus graves que dévoile peu à peu le récit.
En partant à la recherche de son amie d’enfance, Irène va se trouver confrontée à des évènements auxquels elle ne s’attendait pas, qui vont l’amener à jeter un regard différent sur la vie, et à envisager son destin différemment. « Ces vacances ressemblaient à une introspection, c’était comme si je déposais mon passé durant un été pour mieux l’analyser et apprendre à reprendre ma vie en mains. »
On ressort bouleversé de ce récit profondément humain, mais surtout enrichi de toute la sensibilité échappée de la plume de l’auteur.
Je meurs d’envie de vous en dire plus, mais il me semble que ce serait trop en dévoiler et vous priver d’un peu de l’immense plaisir que procure la lecture de ce livre ! Alors je vous souhaite simplement une bonne lecture ! Ce premier pas là, nul doute que vous ne le regretterez pas !
Le premier pas de Marie-Laure Bigand Editions Laura Mare

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à