Jorge Gonzalez - Bandonéon

Barcelone : Jorge Gonzalez et l’Argentine

Partagez l'article !

Partagez l'article !Par Julie Cadilhac – PUTSCH.MEDIA / Interview de Jorge Gonzalez – Traduction : Mar Arregui-Oto Bresson. Un matin, un oui enthousiaste résonne depuis l’Espagne et vous sentez qu’un air de vacances s’empare doucement de votre messagerie. C’est Jorge Gonzalez qui acquiesce, c’est Barcelone qui encadre vos rêveries d’évasion. Sí para la entrevista d’un […]

Partagez l'article !

Par Julie CadilhacPUTSCH.MEDIA / Interview de Jorge Gonzalez – Traduction : Mar Arregui-Oto Bresson. Un matin, un oui enthousiaste résonne depuis l’Espagne et vous sentez qu’un air de vacances s’empare doucement de votre messagerie. C’est Jorge Gonzalez qui acquiesce, c’est Barcelone qui encadre vos rêveries d’évasion. Sí para la entrevista d’un argentin exilé, dessinateur de BD aux doigts de peintre et aux mots de poète. Oui, pour parler d’un roman graphique prenant et passionnant, Bandonéon, qui en appelle un autre, Dear Patagonia qui sortira bientôt. Etrange expérience que cette interview comme une mise en abîme de l’ouvrage dans la réalité car nécessité d’une traductrice pour des mots étrangers malgré une langue universelle, celle de l’art, du talent et d’une envie d’échanger et de partager. Jorge Gonzalez a signé avec Bandonéon une oeuvre polyphonique vibrante. On y trouve de soi, des autres, de l’ailleurs et de l’intrinsèque. A découvrir ABSOLUMENT.
Bonjour Jorge, Bandonéon comporte deux parties distinctes: « Bandonéon » et « Juste comme ça ». Dans quelle mesure peut-on dire que « Juste pour ça » a sublimé, en quelque sorte, le récit que vous aviez entrepris dans la première partie?
Les personnages de la première partie « Bandonéon » ne vivent que dans leur présent, ils n’ont pas le recul qui marque le passage du temps et qui leur permettrait d’être plus « auto-conscients ». Ils ne peuvent réfléchir et se voir comme les participants d’une époque ou comme une charnière importante dans l’histoire sociopolitique de l’Argentine.
Il est de même pour leurs sentiments, ceux liés à l’étonnement, à l’exil et à la mélancolie, qui se développent petit à petit sans que les personnages en soient conscients. Il m’était nécessaire de raconter ces vides importants qui apparaissent dans la Bandonéon

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre d'abonnement]

4,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous avez lu vos

0 articles offerts.

M'abonner à