fbpx

Lire intelligement ne nuit pas gravement à l’imagination

par
Lire intelligemment ne nuit pas gravement à l’imagination et peut entraîner un plaisir intense et pérenne
par Nicolas Vidal (édito – BSC NEWS MAGAZINE – Septembre 2009

Il y a déjà quelques mois, nous avions posé la question suivante, aurez-vous le temps de tout lire ?
À l’orée de cette rentrée littéraire, la même question pourrait se poser avec quelques 700 ouvrages déversés depuis les sphères éditoriales. Mais sa perspective change quelque peu et pourrait imposer la déclinaison suivante; Que lire ?

Car chacun s’amuse à sa façon de saisir et d’ouvrir un livre pour y butiner un mot, une phrase, une philosophie, un spleen ou pour bien montrer à tout le monde que Lire établit culturellement son homme.

La collègue de boulot un brin bobo lira les 4 ouvrages qu’il-faut-lire-absolument pour se sentir acceptée par la floraison littéraire à la mode parce que toute la sensibilité, l’amour et le grand chambardement-magnifique-exquis-&-formidable est expliqué dans ce livre et qu’il apparaît comme… incontournable.
Ou l’ami un peu précieux excédé par les sentiers battus de la promotion et du tout-venant culturel cherchera le ou les auteurs que seule une minorité prendra en considération. Et il ne manquera pas de vous asséner, au moment opportun, une liste d’auteurs aux noms imprononçables pour vous en boucher un coin. Et, aussi curieux que cela puisse vous paraître, vous serez blessé d’être aussi ignare en matière de rentrée littéraire.
Ou encore les livres de personnalités qu’on achète systématiquement parce la médiatisation doit forcément assurer une qualité littéraire certaine. Du moins, on ose le croire.

En somme, la Rentrée Littéraire n’échappe pas, elle non plus, à quelques règles fondamentales de mode, de culturellement correct, de tendances et de médiatisation.

Une fois encore dans ce nouveau numéro du BSC NEWS, nous cultivons une volonté pugnace de vous proposer des lectures de tout horizons, de tout styles, de tout genres épurés de toutes ces orientations.
La lecture doit rester un plaisir et ne doit souffrir d’aucune suffisance culturelle. Car Lire intelligemment ne nuit pas gravement à l’imagination et peut entraîner un plaisir intense et pérenne. Pour le reste, rien n’est moins sûr…

Nicolas Vidal

copyright photo D.CRESPIN

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à