fbpx

Une fille, c’est chick! de Sandra Batlle-Nelson (Editions Michalon)

par

Une fille, c’est chick ou les tribulations névrotico-drôlatiques de Bianca Brial.

30 ans. Un mec. Un job. Pas de bébé.
Voilà un roman qui illustre parfaitement le cliché de l’éternelle insatisfaction féminine: on a toujours envie de ce que l’on n’a pas.
Bianca en a marre de gérer sa dépression parce qu’Hugues, son chéri, fait une pause à rallonge. Bianca est abonnée au Quotidien du Médecin et s’invente des maladies. Bianca multiplie les émotions discordantes….qu’elle nomme OBSESSION ( Obsession Meetic, Obsession Petit Poucet, Obsession Cendrillon…) et tout autour d’elle semble contribuer à la faire tourner en bourrique.

Obsession Cendrillon :

« En six mois, à raison de cinq rapports par semaines et de 280 000 000 spermatozoïdes par éjaculation ( comme chez nos amis les lapins) ce con de prince charmant a gaspillé 33 600 000 000 spermatozoïdes. Et moi qui n’en demande qu’un seul, quel mesquin! »

Obsession hot-dog:

« Les enfants dont les parents sont divorcés ne devraient pas se marier pour éviter d’être pris en sandwich le jour de la cérémonie. Je ne suis pas une saucisse cuite! »

Un temps, elle consulte Docteur Beau, son psy; elle garde un chien bouffeur de chaussures au nom de peintre mystérieux; elle devient une Gorgone draguée par le mari de sa patronne qui la peinturlure d’auto-bronzant…ah c’est ça de bosser dans les cosmétiques! ….et puis un bon matin, tout change selon son goût et pourtant très vite, rien ne va plus encore. Comme si c’était une fatalité.
C’est un roman léger, le style n’a rien d’extraordinaire mais on se laisse porter avec plaisir. J’ai beaucoup ri. Parce que j’ai trente ans, aussi, et qu’à quelques dissonances près, Bianca me ressemble, forcément.
C’est un bouquin qui prouve délicieusement que les nanas sont givrées. Et tant mieux, c’est pour cela qu’on les aime, non?
Gigi, Pépita, Sarah, Nieves…toutes les femmes qui défilent dans ce roman , à commencer par la mère et la belle-mère de Bianca, ont leurs dadas et leurs troubles compulsifs.
Comment ne pas céder à la folie ambiante et aux crises d’hormones existentielles face à Gigi opportunément lesbienne avec sa propre soeur, Agathe la sorcière irlandaise shizophrène, Maman qui de brune féministe devient blonde bimbo et de tragédienne flamenco devient Madame Irma extra-lucide?
Croquez ce bouquin qui se plaît à suivre les tribulations d’une blonde aux talons noirs….une poissarde qui ne pourra pas éviter mariage catastrophique et grossesse à silhouette de baleine.

Oui….le petit mot de la fin vient saluer la méchanceté bonhomme du style.

Une fille, c’est chick mais pas que. Elle sait manipuler la langue comme une tranche de rasoir quand elle veut et …même lorsqu’elle semble perdre les pédales, le monde peut s’écrouler, les épaules tiennent! Et toc!
Obsession « qu’est ce que je peux faire, j’sais pas quoi faire »: Plus je cherche et moins je trouve.

Julie Cadilhac

Retrouvez les chroniques décalées de Julie Cadilhac sur son blog : http://ecriturechromatique.over-blog.com/

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à