fbpx
putsch-mag

Stéphanie Zeitoun

Stéphanie, comment êtes-vous venu à l’écriture ? Petite, je voulais être scénariste pour raconter des histoires. Cela était enfoui et a refait surface par hasard, durant une période de chômage. Je me demandais comment je pourrais faire pour travailler pour moi, en free-lance et un matin, j’ai eu l’idée de cette métaphore avec le papillon. […]

propos recueillis par

Stéphanie, comment êtes-vous venu à l’écriture ?
Petite, je voulais être scénariste pour raconter des histoires. Cela était enfoui et a refait surface par hasard, durant une période de chômage. Je me demandais comment je pourrais faire pour travailler pour moi, en free-lance et un matin, j’ai eu l’idée de cette métaphore avec le papillon. J’ai pris la plume et le roman est né…

Faire publier son premier livre, facile ou difficile, au regard de votre expérience ?
Un véritable parcours du combattant ! Ce conte a mis 6 ans à voir le jour, après une cinquantaine de réponses négatives. C’est très dur de garder la foi et de ne pas douter de ses capacités à toucher un public face à des éditeurs qui ne prennent jamais le temps de vous expliquer les raisons de leur refus. Certes, cela leur prendrait un temps fou mais parfois, je me suis demandée si le manuscrit avait été ouvert, la lettre d’accompagnement m’ayant été retournée sans avoir bougé d’un centimètre.

D’après vous, qu’est-ce qui fait la différence pour séduire un éditeur ?

Difficile à dire… »On ne peut pas plaire à tout le monde », c’est bien connu, spécifiquement dans le milieu artistique. Chaque livre doit trouver son public et avant cela, toucher le coeur de celui qui sera susceptible de le publier. C’est ce qu’il s’est passé avec Jean Paul Bertrand, qui a été sensible à ma plume et a permis à « mon papillon » de prendre son envol…

Comment expliquez-vous toutes les difficultés que rencontrent les auteurs méconnus pour publier ?
Avant tout, il faut avoir un certain talent, travailler dur et un peu de chance aussi… Ensuite, pour les plus opiniâtres, je crois qu’ils sont confrontés à la loi du marché. N’oublions pas que le livre est une industrie avant tout ! Les éditeurs ont besoin d’argent et lorsqu’ils misent sur un ouvrage, rien ne leur garantit qu’il fera un succès et leur assurera une bonne rentabilité. Nous sommes nombreux et les linéaires des librairies ne sont pas extensibles à l’infini. L’arrivée de l’e-book fera peut-être évoluer les choses dans le bon sens…

Que diriez-vous à nos lecteurs pour les inciter à lire votre dernier livre « Le bruissement de l’aile du papillon » aux Editions Alphée ?

Tout simplement de suivre leur intuition. Si le titre ou la quatrième de couverture leur parle, alors ils ne seront pas déçus. Cette histoire a le don de soulager ceux qui ont parfois du mal à se réconcilier avec la vie. J’ai reçu quelques jolis témoignages en ce sens… C’est un conte, ne l’oublions pas ; à lire avec son âme d’enfant…
Vous tenez également un blog dédié au bien-être? D’où vous vient cette passion?
Je suis journaliste spécialisée dans le bien -être, d’où l’envie de créer ce blog pour partager des astuces toutes simples afin de se relaxer et de se sentir mieux, dans son corps et dans sa tête. Je suis une adepte des médecines douces et autres thérapies naturelles sans pour autant dénigrer la médecine. Je pense avoir une écriture thérapeutique à travers mes romans, ce site est une continuité. Je veux vivre de ma plume et ainsi nourrir ma vocation altruiste… « Donne et tu recevras »…

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à