fbpx

Un Best Seller auto-édité !

ANTHONY DOUZET – OVNI LITTÉRAIRE Anthony Douzet est l’auteur du livre “La Porte”, propulsé par un étonnant succès seulement quelques mois après son auto-commercialisation. Aujourd’hui c’est un véritable phénomène avec près de 9000 exemplaires vendus. Certains journalistes ont d’ailleurs évoqué l’idée qu’Anthony Douzet pourrait être le Dan Brown français.
L’auteur revient pour le BSC NEWS sur cette ascension pour le moins fulgurante.

propos recueillis par

Comment vous est venue l’envie d’écrire “ la porte”?

C’était un dimanche soir de novembre 2003 j’avais pris la décision de fumer ma dernière cigarette. J’habitais à l’époque un petit studio dans la charmante ville de Meaux. Accoudé à mon balcon faisant face à l’immense cathédrale, j’ai remarqué un détail sortant du crachas d’une gargouille, objet qui a dirigé mon regard sur une ombre près de la façade de l’église. La saga était née. Etant professeur je ne travaillais pas le lundi, j’ai donc passé une nuit blanche à composer un quadrillage de 81 cases sur trois histoires. Je me souviens très bien m’être enfermé du dimanche soir au mercredi soir (j’ai librement pris congé le mardi). Le mercredi soir, mon quadrillage narratif de la trilogie était bouclé.

Qui ont été vos premiers lecteurs?

Les gens de la rue. J’ai passé des journées entières à distribuer des tracts présentant le bouquin, j’ai échangé avec les lyonnais qui se sont montrés très réceptifs au roman. Puis plusieurs groupes de fans se sont crées sur Facebook, des petits sites, forums de discussion ont émergés…

Quand et comment le buzz autour de la Porte a t-il commencé?
Le Buzz a commencé en janvier 2008 quelques jours après la parution sur un grand journal. J’avais déjà vendu à l’époque une centaine d’exemplaires mais de là à m’attendre à cette secousse. On parle de tsunami arrivant en quelques secondes, la demande a été identique. Je suis rentré du travail un soir et j’avais une vingtaine de paiements arrivés depuis le matin. Et la demande depuis va crescendo… Je pense qu’il y a un bouche à oreille qui fonctionne réellement. Les gens semblent réceptifs aux trois histoires parallèles et me harcèlent déjà pour boucler le tome 2 au plus vite ! Sont arrivées ensuite les interviews des différents services de presse et vous !

Combien avez-vous vendu d’exemplaires à l’heure actuelle?
Début mars j’étais à 4500 environs, je dois être quasiment au double, largement 9000.

Avant cette effervescence autour de votre livre, l’avez vous envoyé à des éditeurs?

Aussi comique que cela puisse paraître je n’ai pas eu le temps de l’envoyer à énormément d’éditeurs. Je crois au total l’avoir envoyé à 3 ou 4 grosses pointures du milieu mais vraiment sans savoir si leur collection était en adéquation avec mon thème. Depuis, j’ai reçu une dizaine de propositions. Je pense que l’éditeur qui aimera le bouquin comme les premiers lecteurs qui ont voulu l’amener sur la scène publique, voudra partager cette folle aventure avec moi. J’espère tomber sur une personne qui puisse comprendre tout le puzzle et respecter les ingrédients qui plaisent au lecteur. Mais rassurez-vous, j’ai de très bons contacts avec des éditeurs francs et sympathiques à souhait. Je pense notamment à Lorraine Auffray et Guillaume Clapeau.

Quel est votre espoir le plus fou?
Que l’éditeur respecte ma vision des choses et me laisse assez de temps pour voyager en Roumanie et Chine. Il me manque encore des détails importants pour le tome 2, La boule de la porte, et je tiens absolument à ce que tout ce qui soit conté dans mes pages existe réellement. Entre les voyages, les envois, la promo, l’écriture, le site officiel j’ai un timing vraiment serré. Surtout que la suite sera le noyau de la trilogie donc un peu plus dense encore plus épique.

Parlez-nous de votre marraine Sandra Lou?
La cerise sur le gâteau, non ? J’ai cru rêver car pour la petite histoire Sandra m’a inspiré depuis le début une des héroïnes du roman. Elle a commandé le tome 1 l’a lu en trois jours et a bien accroché au concept. Je crois que nous pouvons faire de belles choses ensemble. Elle vient de finir photos promotionnelles avec T-shirt de la saga et présentera le roman sur plusieurs plateaux T.V. et même au festival de Cannes où elle présentera une émission quotidienne sur les marches du palais. J’ai eu l’idée de me calquer sur Sandra grâce à deux sérieux atouts en sa possession. Tout d’abord son physique m’a apporté ma Maryline. Une belle et grande rouquine, un charisme sans faille, une élégance rarement observée chez une animatrice. Deuxième aspect qui m’a fait suivre de très près ses apparitions est ce caractère si trempé et doux à la fois qui explosera dans le second tome.

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à