fbpx

PPDA dénonce les collusions entre finance, presse et politique, les scandales, manœuvres et chausses trappes d’un monde de «tueurs»

par

Deuxième volet d’une saga commencée avec « La vengeance du loup », « L’ambitieux » raconte le parcours de Charles d’Orgel, jeune loup de la politique, fringuant député médiatique qui rêve de devenir président de la République.

Comme dans « Bel Ami », le roman de Maupassant publié en feuilleton, derrière le séducteur sans scrupules, il y a une femme : sa maîtresse, Florence, qui règne sur la première chaîne télé française. Un homme aussi : son père, Jean-Baptiste d’Orgel, célèbre acteur dont Charles a appris l’existence sur le lit de mort de de sa mère. Révélation à l’origine de la vengeance d’un beau-père rejeté par le jeune arriviste. PPDA dénonce les collusions entre finance, presse et politique, les scandales, manœuvres et chausses trappes d’un monde de « tueurs » dont un enregistrement compromettant qui provoquera un « Elysée-gate ». Si on reconnaît Mitterrand, mais aussi Hollande ou Sarkozy, l’ancien présentateur du 20 h qui connaît sur le bout des doigts les rouages de la politique, brouille les cartes : Charles d’Orgel rappelle aussi Emmanuel Macron à ses débuts (l’incendie de Versailles pourrait être celui de Notre-Dame).

Au fil du roman, les références littéraires ne manquent pas : l’amoureuse de Charles est une romancière nommée Blanche Sagan. Comme dans « Bel ami », le passé familial de l’ambitieux est lié au temps de la guerre d’Algérie. Le nom de Charles d’Orgel lui-même est un clin d’œil au pseudo de PPDA qui signait ses piges : Alexis d’Orgel, en référence au roman de Raymond Radiguet, « Le bal du comte d’Orgel ». A la fois Rastignac, Lucien de Rubempré, le chevalier d’Harmental et Julien Sorel, Charles d’Orgel fait partie des personnages qui illustrent une époque, les enfants de Balzac et de Dumas, ces feuilletonistes qu’aime Poivre d’Arvor. Depuis son premier roman à 16 ans, « Les enfants de l’aube », si ce grand journaliste a fait carrière avec 30 ans de journaux télévisés, les livres ont toujours été ses confidents, ses fidèles amis, à la fois à travers son œuvre si personnelle, si attachante. Mais aussi par son désir de défendre avec engagement et passion la littérature au fil de ses émissions littéraires, comme Vive les livres, sur CNEWS aujourd’hui.

Dans la veine de son « Irrésolu » couronné par le Prix Interallié, « L’ambitieux » ne se lâche pas : un page-turner qui ferait une formidable série à suspense. Une plume élégante, un vrai plaisir de lecture pour l’été !

« L’Ambitieux », de Patrick Poivre d’Arvor (Grasset)

( Copyright Photo F.PAGA )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à