fbpx

Wirecard, le scandale financier qui secoue l’Allemagne et qui touche aussi la France

par

La société leader dans le secteur des paiements en ligne, est soupçonnée de fraude. Son patron a démissionné et le cours de Bourse s’est effondré aux trois quarts en deux jours. Le monde de la finance et les autorités de contrôle des marchés allemands ont fait l’objet de critiques pour les contrôles insuffisants opérés sur cette entreprise.

Presque deux milliards d’euros inscrits au bilan de Wirecard n’existent « très probablement pas ». C’est la société elle-même qui a confirmé cette hypothèse, le lundi 22 juin 2020. Les soupçons d’irrégularités avaient provoqué une chute vertigineuse du cours de l’action de l’entreprise à la fin de la semaine passée.

Wirecard a été obligée de retirer les résultats provisoires de 2019 publiés en février dernier ainsi que celui du premier trimestre 2020. Plus grave encore, la société a confirmé qu’elle « ne peut pas exclure une révision des résultats des années précédentes ». Les révélations ont provoqué les démissions du PDG et fondateur de la société Markus Braun

A l’origine de ces admissions, il y a le refus des auditeurs de certifier le bilan 2019. Cela parce que – comme le rapporte AFP – « il leur avait été impossible d’établir avec certitude l’existence de fonds censés se trouver sur des comptes de tiers aux Philippines ». Les deux banques mises en cause ont nié avoir des liens commerciaux avec Wirecard et la banque centrale des Philippines a expliqué que « les fonds manquants ne sont pas entrés dans le système financier ». «Le directoire part du principe » que la description des activités réalisées à travers ces comptes tiers «n’est pas exacte» et « continue de vérifier si ces opérations ont réellement été menées » pour Wirecard, indique la fintech dans le communiqué lundi.

Wirecard a été fondée, en Bavière, en 1999. A l’origine elle concentrait son activité de paiements en ligne destinés à l’industrie du porno et des jeux en ligne. La société a grandi rapidement jusqu’à devenir un symbole de la réussite. En 2018, l’entreprise a fait son entré au DAX, la bourse de Francfort avec l’emploi en 6000 salariés. Mais, en 2019 la presse financière internationale, avec le quotidien britannique Financial Times en tête, ont soulevé de soupçon d’irrégularités comptables dans les activités de Wirecard en Asie.

Pour Felix Hufeld, le président de la BaFin – l’autorité allemande de contrôle des marchés financiers – a qualifié cette histoire de « désastre ». La découverte de ce scandale fait craindre que d’autres sociétés du secteur aient tenu des comportements similaires à ceux de Wirecard. Cela pourrait provoquer une perte de confiance des investisseurs dans ces entreprises et, par conséquence, mener à la chute ce secteur économique. Dans un contexte déjà difficile, à cause de la crise du Covid, la finance allemande risque de payer cher le prix de ce scandale.

Mais ce n’est pas seulement Outre-Rhin qu’on s’inquiète pour l’impact des la faillite de Wirecard. Par exemple, selon le site Citywire.fr, des nombreux fonds d’investissement vendus dans l’Hexagone détiennent, dans leur portefeuille, des actions de la société allemande.


(Photo de Une – Frank Busch on Unsplash )

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à