fbpx

Les déclarations troublantes d’un astronaute italien sur le Covid19

par

L’astronaute italien Luca Parmitano a déclaré à deux reprises avoir eu connaissance de l’apparition du Coronavirus dès le mois de novembre 2019, alors qu’il participait à une mission spatiale. Il s’est par la suite rétracté mais, selon des médias italiens, il n’a pas réussi à convaincre.

Les récentes affirmations de l’astronaute italien Luca Parmitano ont fait naître des doutes sur les informations recueillies par les gouvernements occidentaux, à propos de l’apparition du Covid-19.

Ce membre de l’Agence Spatiale Italienne (ASI) et de l‘Agence Spatiale Européenne (ESA) est intervenu à deux reprises dans des émissions diffusées par des chaines publiques italiennes en affirmant qu’il avait appris  l’existence du Coronavirus dès le mois de novembre 2019.

Dans l’émission Petrolio, diffusée par la chaîne publique RAI 3 le 25 avril 2020, Luca Parmitano a déclaré que les astronautes à bord de l’engin spatial ont une « connexion quotidienne avec la réalité terrestre » ainsi qu’un « accès au réseau internet (…) Nous pouvons communiquer avec les centres de contrôle. Déjà en novembre, nous avons commencé à suivre les premières contagions, d’abord dans les pays asiatiques. Puis, à mon retour (sur terre, ndlr), les premières contagions en Europe » .

Une semaine plus tard, le 10 mais, dans une interview accordée à l’émission de RAI 2, Tg2 Storie, l’astronaute d’origine sicilienne a confirmé cette information :  “Dans la station – a affirmé Luca Parmitano – nous avons suivi ce qui se passait sur la Terre dès le mois de novembre sur l’évolution du virus à Wuhan » . Le membre de l’ESA a ajouté que l’équipage en orbite, était déjà au courant de « cette probable contamination pandémique et surtout de sa gravité qui, peu avant mon retour sur Terre, faisait tâche d’huile en Europe » .

Suite aux déclarations de Luca Parmitano, le sénateur italien Adolfo Urso, vice-président du COPASIR, le Comité parlementaire pour la sécurité de la République Italienne a réagi. Contacté par le quotidien La Verità, le parlementaire italien a déclaré « qu’après avoir entendu les déclarations du Colonel Parmitano, nous allons essayer de comprendre dans quel contexte elles se situent et surtout si des éléments des services d’informations étrangers ont informé leurs homologues italiens« .

Le tollé provoqué par les déclarations de Luca Parmitano l’ont obligé à publier un communiqué dans lequel il s’est excusé d’avoir communiqué sur des informations concernant le Covid19 au mois de novembre 2019.  « Se tromper, c’est humain » s’est justifié Luca Parmitano.

(Le tweet de l’Agence Spatiale Européenne, contenant le communiqué de Luca Parmitano)

L’astronaute s’est justifié en rappelant qu’à bord de la station spatiale ISS « nous n’utilisons pas le calendrier mais le Coordinated Universal Time (UTC) » c’est-à-dire le temps universel. « Par conséquent, il est possible d’intervertir un mois avec un autre » . Les échanges avec ses collègues à propos « des différentes crises sur la Terre » ont été évoquées par le membre de l’ESA pour expliquer comment l’astronaute a pu « confondre plusieurs conversations » au point d’ « associer les premières informations sur les contagions à un contexte temporel précédent ». Une autre explication de cette erreur viendrait, selon Luca Parmitano du fait que « tout est facilement vérifiable » car les communications entre l’ISS et la Terre « sont assujetties au Freedon Of Information Act (l’acte de la liberté d’information, ndlr) une loi imposant la transparence totale » dans les échanges entre la planète et l’espace.

Avant les déclarations de l’astronaute, en France, des athlètes militaires comme Elodie Clouvel, ont révélé avoir été contaminés par le Covid, après avoir participé aux jeux militaires qui se sont déroulés à Wuhan, entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre 2019.

De plus, dans plusieurs hôpitaux français et italiens, on a découvert après le début de l’épidémie que des patients soignés en novembre ou décembre 2019, ont été testés positifs au Covid. Les déclarations de Luca Parmitano seront donc analysées par le parlement italien et on pourra, peut être comprendre si les gouvernements européens disposaient d’informations sur le virus avant le début de la pandémie.

 


(Photo à la une de Niketh Vellanki on Unsplash

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à