fbpx

Professeur Didier Raoult : «Considérer le Covid-19 comme une maladie grave est un « délire déraisonnable »

par

Le Professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection, qui est devenu l’une des personnalités médicales de cette crise sanitaire du Coronavirus continue de maintenir son analyse de la situation.

Sur la chaîne Youtube IHU Méditerranée-Infection, il publie régulièrement des vidéos où il tient au courant les internautes de ses dernières observations sur le Covid-19. Dans sa dernière vidéo, le Professeur Didier Raoult remet en cause la dangerosité de la maladie ainsi que l’hypothèse d’une « seconde vague ».

« L’histoire de ce rebond, je ne sais pas d’où ça sort (…) ces maladies virales qu’on connaît n’évoluent pas en dos de chameau. On arrive à la fin de l’épidémie. Les services de réanimation se vident et la mortalité diminue et personne ne sait si l’épidémie réapparaîtra l’année prochaine. »

«Tout le délire autour de la gravité monstrueuse de cette maladie est déraisonnable. Ce n’est pas vrai. Globalement ça ne présente pas à la fin une surmortalité exceptionnelle. C’est grave chez les sujets déjà à risques, qu’il fallait essayer de détecter et de traiter le plus tôt possible (…) et sa contagiosité de cette maladie n’apparaît pas comme aussi extraordinaire que ce qu’on le disait. Au regard des données préliminaires que nous avons ainsi que d’autres pays, 3% de la population a été touchée et c’est beaucoup moins qu’une grippe (…) la toxicité de la Chloroquine est un fantasme et ce n’est pas raisonnable. »

On rappellera que ces derniers jours, le Ministre de la Santé Olivier Véran ainsi que le Premier ministre n’ont pas hésité à envoyé des piques à peine voilées à Didier Raoult.

« Tel savant nous dit, affirmatif et catégorique, qu’il ne peut pas y avoir de deuxième vague et que le virus s’éteindra avec l’été, tel autre, tout aussi savant et respecté, nous dit l’inverse. L’Histoire nous dira qui avait raison. Mais je crains que nous n’ayons pas le temps d’attendre que l’Histoire se fasse juge« .Edouard Philippe devant le Sénat ce lundi 4 mai.

« Je dirais qu’en terme de prévision, je préfère me référer à des experts qui ne disent pas qu’il y aura moins de morts du coronavirus que par accidents de trottinette! Ou qui ne disent pas qu’il n’y aura pas de seconde vague après avoir dit qu’il n’y aurait pas de première. Ce n’est pas très responsable et je le lui dirai. » Olivier Véran dans le Parisien le Samedi 2 mai.

( Capture d’écran Youtube de la chaîne Méditerranée Infection)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à