fbpx

Le Robert: un palais de justesse dont Alain Rey est le vénérable bâtonnier

par

Le français, une langue élitiste dont les chausse-trapes finiraient par décourager ses usagers? La majorité paresseuse va-t-elle imposer ce langage phonétique qui renvoie à l’homme des cavernes?

Le bon filon pour continuer d’ inciter à la ruée vers l’orthographe existe. Orchestré par Alain Rey, il bat la mesure d’une langue extraordinairement chatoyante et rappelle en permanence qu’il ne faut jamais aller plus vite que la partition. Cela implique d’arbitrer tant les demi-soupirs des nostalgiques de la musique de chambre à la Pivot que les triples croches des bricoleurs de nouveaux tics langagiers.
Les perruques poudrées du quai de Conti ou l’arrogance échevelée de la perfide Albion? Simplement le recours à l’arbitrage du dictionnaire Robert, dont les nouveaux mots, sens et nouvelles expressions qu’accueille le millésime 2020 portent sur la politique, la société, la nouvelle économie, internet, les multimédias, l’environnement, les sciences, la santé et le bien-être, le sport, la gastronomie. L’attention portée à la vie quotidienne, au langage familier et à la francophonie doit apaiser les plus réservés.
D’agrobusiness à zythologie, de vidéoverbalisation à hygge, de transhumanisme à écopâturage, les domaines balisés sont rassurants et devraient prévenir les quelques infox qui tentent bon an mal an de polluer le débat. Comme disent nos cousins québécois, dont l’apport est à nouveau réjouissant, servez-vous un peu de votre jarnigoine pour comprendre ça et fréquentez plus volontiers les beigneries que les officines rances des jargonisants (*) d’opérette.
Riad Sattouf, dont la première langue était l’arabe, confie que le français est devenu pour lui la langue d’ouverture sur le monde, la langue de l’évasion, ajoutant “ j’adore les dictionnaires pour cela, ils sont à la fois une porte sur l’imaginaire et une façon de me rassurer ”.
A n’en pas douter, le dictionnaire Robert est le couteau suisse de l’honnête homme.

“ Le Petit Robert de la langue française”, édition 2020, 2836 pages. 62,50 euros

 

Publicité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à