fbpx

« Poésie, Corps Total ! » : (re)découvrir Jean Sénac

par

Le destin posthume de ce poète considérable, à l’œuvre tellurique et sensuelle, connaît des fortunes contraires. Voici l’occasion de faire la part des choses.

Paru une première fois en 1999, ce volume rassemble les textes de Jean Sénac (1926-1973), poète pied-noir, algérien en exil des deux côtés de la Méditerranée, en France comme en sa terre natale. Inventé par Camus et Char, il admirait Genet, frère en bâtardise et « Libre, c’est-à-dire exilé parmi les vivants » (préface). Il s’employa à trouver une expression artistique personnelle, tellurique et sensuelle.

Son engagement sexuel et politique devait le conduire à un destin tragique. Acquis tout entier à son orientation, le préfacier évoque un assassinat « dans des circonstances rendues mystérieuses par la mauvaise volonté d’une justice expéditive ». Nihil novi sub sole macronico.

N’immobilisez jamais un poète dans son vers.
Le poète est mobile, ses poignants sont multiples.
Et son éclat baroque va de la lyre aux tripes

« Œuvres poétiques », Jean Sénac ; préface de René de Ceccaty ; intéressante postface de Hamid Nacer-Khodja, Actes Sud, 834 pages, 29 euros

Publicité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à