fbpx

« Requiem pour un chat »: La déclaration d’amour d’Olivier Bellamy pour les félins

par

Marseillais, Olivier Bellamy est un passionné de musique qui a publié, chez Plon, « Le dictionnaire amoureux du piano » et « Un hiver chez Schubert », chez Buchet-Chastel. Sa seconde passion ? Les chats !

Tant il est vrai que « les pianos et les chats n’ont été domestiqués que pour nous consoler du temps gris et de la lancinante brûlure de l’exil. »

Lorsque Margot, sa petite chatte noire, maigrit, le narrateur découvre chez le vétérinaire qu’il y a une tache sur son foie. Une maladie incurable qui lui rappelle celle qui a emporté son père. Vaillante, Margot subit un traitement si épuisant que le narrateur finit par se décider : il ne faut plus qu’elle souffre. Le récit de la maladie de cet animal de compagnie tendre et courageux, personnage central du récit, est ponctué de musique, de chansons (celles de Sheila, de Charles Trenet), de films, de littérature, de confidences de l’auteur sur la folie de sa mère et de réflexions, pas toujours dans l’air du temps. Son style souple et élégant s’apparente à celui d’un félin, sa sincérité nous enveloppe d’une tendre complicité. Avec lui, on voyage, sans s’en apercevoir, de la Provence à l’Iran, jusqu’à la mort de Margot « à côté du bureau où il écrit » ce Requiem pour cet animal divinisé par les Égyptiens, à qui Olivier Bellamy a offert la plus belle des déclarations d’amour.

 


« Requiem pour un chat »
d’Olivier Bellamy – Éditions Grasset
288 pages – 19.00 euros (13,99 euros livre numérique)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à