fbpx

(Vidéo) Matteo Salvini : « Cette petite esbroufeuse du navire Sea Watch fait de la politique sur le dos des migrants »

par

Le navire Hollandais a décidé de violer délibérément les lois et la souveraineté italiennes. Rome a déployé la police au port de Lampedusa et a mobilisé son ambassadeur à La Haye.

« Ça suffit, nous entrons. Pas par provocation, mais par nécessité, par responsabilité ». C’est avec ces paroles que l’ONG allemande Sea-Watch a annoncé hier sur Twitter que son navire Sea-Watch 3, venait de rentrer dans les eaux territoriales italiennes. Cela même après les injonctions des autorités italiennes et, surtout, après l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Cette dernière avait rejeté le recours de l’ONG qui demandait une suspension du Decreto Sicurezza Bis (le décret législatif en matière de sécurité, voulu par le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, ndlr) et l’indication d’un « port sûr » pour le débarquement des 42 personnes migrantes à bord de son navire.

 

La réaction de Matteo Salvini ne s’est pas faite attendre. Dans un live sur sa page Facebook (voir ci-dessous) il a déclaré que « ceux qui s’en fichent des règles doivent répondre de leurs actions. Je dis aussi à cette petite esbroufeuse de commandante du navire Sea Watch, qu’elle fait de la politique sur le dos des migrants, tout en étant payée par je ne sais pas qui ». Puis le ministre transalpin a répété : « Je ne donnerai jamais à personne l’autorisation au débarquement (…) L’Italie ne peut pas être le point d’arrivée de ceux qui veulent décharger des êtres humains ». Cela parce que « les passeurs, avec l’argent gagné à travers ces voyages de la mort, achètent des armes et de la drogue ».

Pour Matteo Salvini, « les gouvernements de la Hollande et de l’Allemagne devront répondre ». Puis en s’adressant encore à Carola Rackete, la capitaine du navire qui navigue au sud de l’Italie depuis 14 jours, il a déclaré qu’il allait déployer « la force publique ». Il a également souligné que, pendant ces 14 jours, le navire aurait pu tranquillement arriver jusqu’à la Hollande ou à l’Allemagne. Mais il aurait aussi pu arriver dans un port sûr dans le nord de l’Afrique.

 

L’immigrazione non può essere gestita da navi fuorilegge: siamo pronti a bloccare qualunque tipo di illegalità.Chi sbaglia, paga.P.S. L’Europa? Assente, come sempre.

Publiée par Matteo Salvini sur Mercredi 26 juin 2019

 

Peu de temps après la vidéo de Matteo Salvini, le ministre des affaires étrangères de Rome, Enzo Moavero Milanesi a donné des « instructions à l’ambassadeur d’Italie à La Haye » afin qu’elle fasse « immédiatement, un pas formel auprès du gouvernement hollandais » sur le dossier Sea-Watch. L’autre vice-président du Conseil des Ministres italien, Luigi  Di Maio a déclare que l’ « Europe doit ouvrir les yeux, organiser une table ronde pour revoir le Traité de Dublin », parce qu’il n’est pas possible que « tous les migrants continuent à débarquer en Italie. L’Italie n’a pas bombardé la Libye ».

Vers 17h, hier après-midi, selon le site Rainews24, une dizaine de policiers et de carabiniers attendaient au port de Lampedusa, l’arrivée du navire avec les migrants.

 


(crédit image à la une : le navire Sea Watch 3 – capture d’écran du site Sea Watch)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à