fbpx

PSG : Une longue et émouvante lettre d’un supporter aux joueurs après leur élimination

par

Après la défaite cuisante du Paris Saint Germain en Ligue des Champions contre Manchester mercredi dernier, @Socratesino, un supporter masochiste du PSG ( comme il se décrit sur son compte twitter) a écrit une longue lettre aux joueurs du PSG et aux supporters du club.

Elle est sans concession, émouvante et parle de façon formidable de la passion qui anime un supporteur de foot pour son club. Socratesino y parle aussi de renoncement, d’amour et d’identité. Cette lettre aborde aussi le fossé presque infranchissable avec les joueurs qu’il adule. Nous la publions en intégralité ci-dessous. Le site OHMYGOAL a en même fait une vidéo (ci-dessous) qui ne devrait pas tarder à envahir les réseaux web des footeux.

 

Lettre ouverte aux joueurs du PSG par @Socratesino :

Chers joueurs Parisiens

Existe-t-il une condition, plus irrationnelle que celle du supporter de foot ? C’est la question que je me pose ce matin, après une nouvelle désillusion, une de trop. Notre engagement émotionnel est inversement proportionnel à notre influence sur le cours des choses. Contrairement à vous, nous ne sommes pas sur le terrain, et nos encouragements aussi bruyants et sincères soient-ils ne marquent pas de but.

 

« Contrairement à vous, nous ne sommes pas sur le terrain, et nos encouragements aussi bruyants et sincères soient-ils ne marquent pas de but »

 

Alors que je traine mon spleen, J’ai bien conscience d’avoir l’air un peu ridicule, aux yeux de mes proches moins passionnés. Et j’essaye donc de comprendre pourquoi je suis si heureux quand vous gagnez, et si désemparé quand, comme hier soir vous décidez de tout gâcher. Après tout, nous ne sommes pas amis, on ne se rencontrera probablement jamais, et en fin de compte je n’existe pas vraiment pour vous. Dès aujourd’hui vous retrouvez votre vie confortable de joueur professionnel. Vous reprenez votre routine quotidienne. Dans quelques jours, ce ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Vous discuterez bientôt avec votre agent d’une revalorisation salariale ou de votre avenir en Espagne, en Angleterre ou ailleurs. Peu importe, pour vous c’est un métier.

 

« Nous ne sommes pas amis, on ne se rencontrera probablement jamais, et en fin de compte je n’existe pas vraiment pour vous »

 

Nous les simples supporters, on essaye tant bien que mal de relativiser. On sait bien que « ce n’est que du football », et qu’il y a des choses tellement plus graves, que notre tristesse est à la limite de l’indécence. Au coup de sifflet final, j’étais comme assommé par votre énième trahison. Alors je me suis dit qu’il fallait que j’arrête, que ça n’avait pas de sens de se mettre dans des états pareils pour du sport. Mais au fond de moi, je sais que c’est impossible et que je vais replonger dès ce week-end. Le football m’apporte trop de plaisir, pour que je m’en prive à cause de vous.

 

« Au coup de sifflet final, j’étais comme assommé par votre énième trahison. Alors je me suis dit qu’il fallait que j’arrête, que ça n’avait pas de sens de se mettre dans des états pareils pour du sport »

 

J’aurais pu naître à Rennes, à Bordeaux ou à Manchester, mais voilà le hasard a voulu que ce soit à Paris. L’histoire banale d’un gamin qui découvre le foot, le Camps des Loges et le Parc des Princes avec son père. A partir de là, ce n’est plus juste du sport, c’est un peu de notre histoire personnelle, de notre identité. C’est aussi pour ça que nous les supporters, contrairement à vous les joueurs, on ne peut pas changer de club. Ça impliquerait trop de renoncement. Donc même si chaque désillusion est un peu plus douloureuse que la précédente, même s‘il y a des moments de honte et de colère, on est toujours là, on ne bouge pas. On continuera à encourager et engueuler vos successeurs, comme on le fait avec vous, et comme on le faisait avec vos prédécesseurs. Ça s’appelle la passion. Peut-être que vous l’avez connue un peu y’a longtemps, avant de la remplacer par un plan de carrière.

 

« Ce n’est plus juste du sport, c’est un peu de notre histoire personnelle, de notre identité. C’est aussi pour ça que nous les supporters, contrairement à vous les joueurs, on ne peut pas changer de club. Ça impliquerait trop de renoncement »

 

Vous ne lirez probablement pas cette lettre. Même si par hasard vous tombez dessus, elle vous semblera sûrement un peu ridicule. Ce n’est pas grave, je ne l’écris pas vraiment pour vous, plutôt pour moi et pour les autres supporters qui doivent se sentir un peu seuls aujourd’hui.

Ici c’est Paris… et c’est pas tous les jours facile !

S.

(Vidéo de la lettre réalisée par le site OhMyGoal )

 

 

( capture d’écran de la vidéo d’OHMYGOAL)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à