fbpx

« Sibel » : le sifflement de la liberté

par

Une jeune femme vit dans village retiré. Elle s’émancipe d’une société traditionnelle figée et d’un monde moderne trop policé. Lumineux et singulier, « Sibel » sort en salle ce mercredi 6 mars.

Vivre libre en assumant sa différence. C’est un peu convenu comme formule. Pourtant, c’est ce qui pourrait décrire (grossièrement) Sibel, le très beau film du couple franco-turc Çağla Zencirci et Guillaume Giovanetti. Présenté en compétition officielle du 40ème Cinémed de Montpellier en octobre dernier, le film était reparti avec les prix (amplement mérités) du public et de la critique.

Sibel, c’est d’abord Damla Sönmez. L’actrice de 31 ans, solaire, énigmatique et combative, crève l’écran. C’est également les majestueux décors d’un petit village turc perché dans les montagnes verdoyantes surplombant la mer Noire… Sibel irradie autant la nature que la nature humaine. Le film est parcouru d’un halo de mystère accentué par ce qui fait sa singularité et sa puissance : l’absence de mots de l’héroïne. Muette, elle communique en langage sifflé, étonnant dialecte ancestral qui retranscrit à travers les sons toutes les syllabes de la langue turque, inventé pour s’entendre par-delà les reliefs… L’actrice, qui ne savait pas siffler, a réussi à improviser certains dialogues du film après avoir appris la langue pour ce rôle, mystique et lyrique.

Bande annonce

 

Grâce à tous ces aspects singuliers, n’imaginez donc pas une Sibel très populaire auprès de ses semblables… Qu’importe, elle vit sans se soucier du regard des autres, et ce même si les règles patriarcales imposées la bride ou que la jalousie des autres femmes la marginalise. Elle va se mettre en chasse d’un loup mystérieux qui rôderait dans la forêt, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. Cette quête réveillera une force en elle et la mettra sur le chemin d’un homme, prétendument terroriste, assurément terrorisé. Là encore, les auteurs jouent la carte de la complexité et évitent tout schéma manichéen en laissant le public se faire sa propre opinion, ne donnant que très peu d’informations sur ce personnage.

Sibel en dit aussi beaucoup sur les strates sociales très variées de la Turquie, sans jamais poser un regard unilatéral. Son ancrage très local n’enlève rien à l’universalité du propos, bien au contraire. En cette semaine célébrant la journée internationale du droit des femmes, Sibel ne pouvait pas mieux tomber. Il y a de fortes chances que vous sortiez de la salle en sifflotant pour avoir vu film captivant. On vous aura prévenu.

 

 


« Sibel »
De : Çağla Zencirci et Guillaume Giovanetti
Avec : Damla Sönmez, Emin Gürsoy, Elit Iscan, Meral Çetinkaya, Erkan Kolçak Köstendil
Durée : 1h35
Distribution : Pyramide Distribution
Sortie : 6 mars 2019

 

(Image à la une : « Sibel » affiche – © Pyramide Distribution)

 

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à