fbpx

Malgré la polémique, Chantal Jouanno devait rencontrer vendredi une délégation de gilets jaunes pour parler de NOos

par

L’avenir de Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) s’assombrit d’heure en heure après les révélations sur son salaire.

Plusieurs membres importants de la majorité présidentielle demandent sa démission alors même que Chantal Jouanno est à la tête d’une autorité administrative indépendante. Benjamin Griveaux et Marlène Schiappa se sont exprimés en ce sens ce matin chez RTL et France Inter. La Secrétaire d’Etat a même déclaré que « cela pose question de dire ‘mon salaire pose problème donc je me déporte de ce débat mais je conserve mon poste et le salaire en question ».

 

Selon nos informations, et malgré la polémique, Chantal Jouanno devait rencontrer ce vendredi 11 janvier en début d’après-midi dans les locaux de la CNDP à Paris, l’un des figures du mouvement des Gilets Jaunes, Christophe Chalençon accompagné d’une délégation pour évoquer NOos. Il s’agit d’une plateforme citoyenne développée pour les Gilets Jaunes « par des chercheurs du CNRS qui se présente comme un outil numérique proposé aux citoyens pour s’exprimer et se structurer en toute liberté sans intermédiaires dans la transparence et l’égalité (…) Tout citoyen peut, anonymement ou non s’il le souhaite, déposer ses revendications et ses opinions sur les revendications déposées sur la plate-forme NOos. Toutes les données collectées sur la plate-forme NOos sont téléchargeables, et les codes qui permettent à NOos de fonctionner sont consultables et amendables par les citoyens eux mêmes afin d’assurer la transparence des algorithmes et des procédures » d’après les notes internes que nous nous sommes procurées dans la journée sur cette plateforme qui sera lancée dans les prochains jours en France.

Certains cadres des Gilets Jaunes nous assurent que le lancement de NOos en France pourrait déclencher « un coup d’état numérique« .

Le rendez-vous aurait été finalement annulé en cette fin d’après-midi et pourrait laisser penser à une démission de Chantal Jouanno dans les prochaines heures, souhaitée par plusieurs membres du gouvernement.

Enfin, est-ce que le lancement de la plateforme citoyenne NOos va-t-elle contrecarrer le grand débat national voulu par l’exécutif ? A suivre …

( Une – Capture d’écran du compte Twitter de Chantal Jouanno)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à