Le Voyage à Nantes : départ pour un trip culturel unique

par

Nantes est connue pour son rapport à la culture qui l’a sortie d’un certain marasme. Tous les étés, « Le Voyage à Nantes » propose un parcours original et décalé qui permet de s’imprégner de cette dynamique culturelle tout en découvrant la ville. On a fait nos valises, on a flâné et on a beaucoup aimé.

« L’art et la culture ont réconcilié Nantes avec elle-même et l’ont projetée dans l’avenir », déclarait Johanna Rolland, maire de la ville dans l’interview qu’elle avait accordé à Putsch. Suivant ce constat, Le Voyage à Nantes a vu le jour en 2012 et il est organisé en période estivale dans toute la cité (et sur le territoire de la métropole nantaise).

En 2018, on nous invite à faire « un pas de côté ». Ce « pas » est celui de la statue de bronze qui trône fièrement au centre de la célèbre place du Bouffay et donne  le top départ du trip hors des sentiers battus : soit en suivant la ligne verte ingénieusement tracée dans toute la ville, soit en la déviant de temps à autres pour flâner ici et là, vous tombez toujours sur une œuvre d’art au coin d’une rue. L’auteur à qui l’on doit ce pas de côté n’est autre que le fameux « gentleman à l’envers », plus connu sous le nom de Philippe Ramette. Ses « éloges » converties en statuettes sont l’une des nouveautés 2018 et elles sont disséminées dans des lieux emblématiques du centre-ville. Elles représentent tour à tour la transgression, la paresse, la discrétion et l’adaptation. Une exposition et un documentaire très instructif sur le travail de ce fabuleux artiste est proposé en complément. « Le Voyage » commence bien !

 

© Romain Rouge

 

Une succession d’oeuvres dans un décor urbain en reconstruction

Retracer une à une les étapes a peu d’intérêt tant chacun peut faire le parcours à son rythme et selon ses envies (12 kilomètres, 54 étapes 7 jours sur 7) mais à Putsch, nous avons forcément nos coups de cœur ! Dont les œuvres de Daniel Firman, inédites aussi. Ça commence avec Inside : un corps en cristal soufflé luminescent flotte au centre du très bel écrin du théâtre Graslin. Magique. Un peu plus loin, dans les sous-sols du carré Feydeau, l’artiste nous invite Outside : dans un immense hangar sombre plane une atmosphère lynchéenne accentuée par des lumières néons et des sons venus d’ailleurs. « Something strange happened here » peut-on lire en gros en entrant, phrase qui sature le sous-sol d’une lumière violette énigmatique et renvoie à des œuvres de l’artiste d’une saisissante excentricité.

Côté balade, on emprunte le chemin du parc des chantiers en longeant le quai des Antilles : les œuvres se succèdent et s’intègrent parfaitement dans ce décor urbain en totale reconstruction et réhabilitation. Bienvenue sur l’île de Nantes, où l’impérieuse grue titan et les non moins célèbres machines de l’île en impose. On passe devant un « arbre à basket » où les joueurs profitent de ballons mis à disposition pour tenter quelques paniers à la hauteur qui leur correspond. On a beaucoup aimé, aussi, « Les Hôtes » : des barbecues en forme de maison, des hamacs et des tables accueillent les convives venus profiter d’un moment festif en bord de Loire. Juste en face, on nous invite à « marcher sur la lune » : un parc lunaire où les enfants foulent un cratère artificiel pour atteindre, peut-être, le globe terrestre suspendu au-dessus d’eux. Surgissent ensuite les anneaux de Daniel Buren, encore plus féériques lorsqu’ils s’auréolent de rouge, de vert et de bleu à la nuit tombée et qu’ils se reflètent sur la Loire… Sur ce même quai, il faut absolument passer l’entrée rouge du hangar à banane et s’attarder à la librairie avant de prendre un bol d’air dans la Hab Galerie avec l’installation de Céleste Boursier-Mougenot (nouveauté 2018) : une immense volière dans laquelle des mandarins produisent eux-mêmes des accords de musique ! Saisissant. Devenus un haut lieu de la nuit nantaise, le quai semble pourtant rassembler petits et grands, jeunes et moins jeunes : on court, on boit, on mange, on admire un coucher de soleil à la pointe de l’île… Nantes sait séduire, il n’y a pas à dire !

 

© Romain Rouge

 

Si le Voyage à Nantes se fait, comme son nom l’indique, principalement en ville, d’autres lieux sont à découvrir. C’est le cas de cet incroyable site nommé « Transfert », qui a émergé de la poussière des anciens abattoirs de Rezé (à quelques kilomètres du centre). Si les Nantais affirment que le lieu vaut le coup d’œil la nuit, il n’en est pas moins intéressant le jour. Une énorme (magnifique !) gueule de cobra fait office de porte d’entrée et nous voilà transposés dans un lieu alternatif où le décor n’est fait que d’objets de récupération : des conteneurs maritimes, des enseignes de forain, un bateau à l’abandon… C’est ici que l’on peut admirer l’incroyable cimetière de voitures du duo d’artistes Zoer et Velvet : une ambiance western et désertique se dégage de l’œuvre, accentuée plus loin par un crâne de buffle qui sert de toboggan aux enfants ! Sur « la place », au centre, des familles jouent au badminton, à la pétanque, et des jeunes prennent l’apéro sur les terrasses improvisées des bars plus originaux les uns que les autres…

© Romain Rouge

 

Et puisque le Voyage à Nantes permet aussi de découvrir la ville, on peut grimper en haut de la tour de Bretagne boire un verre dans un des bars les plus fun de France : « Le nid » est une œuvre de Jean Jullien avec des coques d’œufs pour tables et tabourets ainsi qu’un corps d’oie (ou de cigogne ?) géant qui sert de bar. A cela s’ajoute une imprenable vue sur la ville. En redescendant, rendez-vous près de la place Graslin où le Speakeasy vous proposera un cocktail spécial, dédié au Voyage à Nantes !
On aurait pu évoquer le jardin des plantes et les œuvres de Claude Ponti et Johann Le Guillerm, la fontaine royale détournée par Michel Blazy… mais si vous en doutiez encore, Nantes est une ville à découvrir et son « Voyage » est un trip culturel des plus enthousiasmants. Initialement prévu jusqu’au 26 août, il a récemment été prolongé jusqu’au 2 septembre 2018 pour s’évader un peu plus.

Le Voyage à Nantes
Tous les étés et jusqu’au 2 septembre 2018
www.levoyagesanantes.fr

 

(Crédit photo à la une : Marc Domage)

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à