Hailey Tuck : « Larry Klein est drôle, sombre et génial. Il est un mentor pour moi »

La jeune chanteuse d’Austin (Texas) Hailey Tuck sort un album aux influences vintage à l’orée des années 1920. Recalée d’une carrière d’actrice, elle s’est lancée généreusement dans le chant et le jazz, presque par hasard. Intarissable, Hailey Tuck a pris le temps de nous répondre, d’évoquer Junk son nouvel album et de nous en dire plus sur la relation qui la lie au célèbre producteur Larry Klein avec qui elle travaille intensément sur d’autres projets. Hailey Tuck est assurément une chanteuse singulière et prévoit déjà l’avenir sous le signe du vintage musical. Rencontre avec la jeune texane.

propos recueillis par

Hailey Tuck, pouvez-vous nous parler de votre rencontre avec le Jazz ?
J’avais un professeur de chorale qui m’a donné le rôle de Dorothy dans Le Magicien d’Oz. Suite à cela, il m’a dit que j’étais une mauvaise actrice, mais une très bonne chanteuse de jazz. Il m’a conseillé de renoncer à une carrière dans la comédie musicale et de commencer à écouter du jazz classique.
Cela semble si dur, mais en réalité, j’étais trop paresseuse pour jouer. En réalité, j’étais plus une « Drama queen ». Selon lui, je ressemblais à Billie Holiday. Je devais écouter Ella Fitzgerald dans le Cole Porter Songbook et chanter en même temps. Lorsque j’ai commencé à chanter de façon plus obsessionnelle, j’avais presque envie de pleurer.

Quelles sont vos plus anciennes références musicales ? Et celles d’aujourd’hui ?
Mon grand-père aimait jouer du piano jazz pour ses amis et sa famille, et très souvent toute la journée. Mes deux parents adorent le jazz : ma mère écoute beaucoup plus de soul, et de R&B comme Al Jarreau et Sade, ou encore Earth, Wind and Fire, alors que mon père aime plus le jazz classique comme Ella Fitzgerald et Duke Ellington et Franck Sinatra. Je suis aussi devenue obsédée par Cat Stevens, Carol King et Harry Chapin. Je pense que mon influence folklorique vient de ces artistes. Aujourd’hui, j’alterne le disco, le folk, le jazz et le hip hop classique.

(crédit photo – Rocky Schenck )

Et avec la musique en général ? En écoutiez-vous lorsque vous étiez enfant?
J’ai 8 à 12 ans d’écart avec mes frères et sœurs. Être la plus jeune signifiait aussi que chacun de mes parents et mes frères et sœurs se sentaient proches de moi. Je n’avais pas beaucoup d’amis, à part mes frères et mes sœurs ainsi que les livres et la musique que n’importe qui pouvait partager avec moi. Lorsque je regarde en arrière, j’étais si seule et, à la fois, entourée d’adultes qui faisaient office d’amis, mais cela ne s’est jamais ressenti. C’est en réalité tellement positif parce que les enseignements que me transmettaient les personnes âgées étaient vraiment la seule chose que je connaissais. Mon père allumait la radio jazz et classique et me posait des questions sur quel était le musicien qui jouait, ou sur de nombreuses anecdotes relatives à la musique. Ma mère poussait tous les meubles du salon et dédiait des chansons d’amour à mes sœurs et à moi. Elle m’apprenait à faire des bêtises. Mes deux parents étaient des parents singuliers, alors les moments passés à leur accorder une attention si particulière étaient si mémorables ! Comme c’est à la fois terrifiant et merveilleux d’avoir des enfants !

Pouvez-vous nous dire quelques mots de votre rencontre avec Larry Klein ?
Je pense que Larry rirait et conviendrait que nous sommes des âmes platoniques. Il est drôle, sombre et génial, et un tel mentor pour moi. Je me sentais un peu désespérée sur la façon de progresser dans le jazz sans label, il est incroyablement difficile de devenir major en tant que musicien de jazz. Même si j’avais moins de 25 ans et que dans le jazz, le processus de croissance est long, j’avais vraiment besoin de quelqu’un à qui les labels vouaient une entière confiance, comme un producteur.


J’ai retourné certains de mes albums de jazz préférés – Madeleine Peyroux, Melody Gardot – et j’ai vu le nom du même producteur, puis je l’ai regardé et j’ai vu Joni Mitchell, Tracy Chapman, Herbie Hancock et tant d’autres. Je lui ai envoyé ma musique par email et je lui ai exposé mon projet à propos de la création d’un album plus jeune avec des racines sombres et classiques, et il m’a répondu qu’il aimait vraiment ma musique. Nous avons convenu de nous rencontrer. Alors j’ai acheté un billet d’avion pour Los Angeles. Et nous nous sommes retrouvés le lendemain matin. Il a envoyé un email  à tous les principaux labels pour leur dire que nous allions faire un album incroyable en leur demandant qui serait prêt à payer pour cela !

 

« Larry Klein a envoyé un email  à tous les principaux labels pour leur dire que nous allions faire un album incroyable en leur demandant qui serait prêt à payer pour cela ! »

 

Vous semblez apprécier particulièrement, Madeleine Peyroux et Melody Gardot. Qu’est ce qui vous plait chez ces deux artistes ?
Nous devons écouter beaucoup de chanteurs et de musique. Je pense que Melody Gardot est audacieuse, et adorable. J’ai particulièrement aimé ses couvertures d’albums nus, et son désir de sortir de la chanson est évident. Je pense que Madeleine Peyroux et moi, nous avons toutes deux accidentellement beaucoup ressemblé à Billie Holiday. J’adore le fait que nous ne jouions pas d’instrument toutes les deux, mais que nous chantons beaucoup de chansons qui brisent le cœur. Je dois vraiment conserver cette obsession pour les chansons sombres et lentes pour créer une série avec un arc émotionnel.

Est-ce que le fait d’avoir grandi au Texas a imprégné votre musique ?
J’aime bien le penser. Il est certain que grandir à Austin aide – La ville s’appelle la «capitale de la musique en direct du monde» – et même si je pense que de nombreux musiciens vont tristement débattre de ce titre, cela a certainement une influence sur ceux qui y ont grandi. Mon père était l’ami, l’avocat et probablement le compagnon de boisson de nombreux musiciens célèbres des années 70 et 80, et cette génération est très inspirante, comme Stevie Ray Vaughn et Willie Nelson. Il reste une très forte influence d’une sorte de Texas – Blues qui est partout. Je nourris le grand fantasme d’avoir un groupe de country classique.

(crédit photo – Rocky Schenck )

Pourquoi ce titre Junk ?
Larry et moi, nous avons envoyé un courriel, et nous avons fait des allers-retours pendant peut-être six mois, en développant et en réfléchissant au type d’album que nous ferions. Nous sommes partis d’un visuel d’un sentiment de l’époque berlinoise, une époque où les gens ont grandi rapidement. Ils ont peut-être rêvé d’un monde hédoniste, de rêves artistiques auxquels je suis très attachée. Nous avons échangé des idées sur une sorte de album folk pop alternatif. Nous avons tous deux aimé « That Do Not Make It Junk » de l’ami de Larry, Leonard Cohen, et nous avons réalisé que beaucoup de chansons que nous aimions concernaient le bagage émotionnel. J’ai vraiment aimé l’idée de l’appeler Junk. Aussi, ne sommes-nous pas malades à mort des albums de jazz appelés d’après des chansons de jazz ? Je n’ai pas l’impression que le jazz consiste à être un « skylark » autant qu’un « underdog ».

« Je n’ai pas l’impression que le jazz consiste à être un « skylark » autant qu’un « underdog »

 

Cet album a un côté très vintage des années 1920, qu’est-ce qui vous plaît dans cette façon de chanter ?
Heureusement, cette couleur vocale m’est venue naturellement, ou du moins du plus loin que je me souvienne. Je pense que les années 20 complimentent ma voix parce que j’ai une voix très féminine et douce. Ou du moins j’aime penser que c’est cela que je fais ! Mais il y a beaucoup de méchanceté dans les années 1920. Je voudrais pouvoir être transporté dans un livre d’Evelyn Waugh, ou un film allemand étrange avec Louise Brooks. J’ai l’impression qu’ils se sont sentis sauvages, nouveaux et profondément tristes après la guerre et ils se sont attaqués à cela en explorant le glamour et l’expérimentation. Le jazz a été pratiqué depuis si longtemps, et je suis sûre que ce que je fais n’est pas une révolution pour beaucoup de gens. Mais j’ai une idée et de l’expérience, et je veux honorer ce qui nous ont précédés. Faire quelque chose d’un peu frais, ça me semble personnel et j’essaie de l’expérimenter. C’est tout ce que vous pouvez demander à quelqu’un qui essaie de faire vraiment quelque chose

 

« Le jazz a été pratiqué depuis si longtemps, et je suis sûre que ce que je fais n’est pas une révolution pour beaucoup de gens. Mais j’ai une idée et de l’expérience, et je veux honorer ce qui nous ont précédés »

 

Aimez-vous déconstruire le Jazz pour créer et élaborer votre propre son et votre timbre de voix ?
Je suis tellement contente quand je pose cette question, car je sens que je peux vraiment tirer le mystère de ma version du chant jazz. Je n’ai pas beaucoup de connaissances techniques en jazz, je ne lis pas bien la musique, je ne peux que passer par mes oreilles et mon cœur, puis chanter quelque chose mille fois jusqu’à ce que je le possède vraiment. J’avais l’habitude d’être très confuse quant aux chansons qui étaient bonnes pour moi, je choisissais les mauvaises clés et les chansons terribles. Et maintenant, c’est comme aimer ou sortir avec quelqu’un, j’entends juste quelque chose et je l’aime, et quand je le chante, cela sonne comme je l’espère. J’admire beaucoup de chanteurs qui connaissent beaucoup mieux que moi la musique, et très certainement la plupart d’entre eux, mais il y en a d’autres que je vois plus souvent, qui sont enlisés dans toutes ces connaissances de l’école de musique.

Pourquoi être venue à Paris, Hailey Tuck ?
Car tous les Américains feront de leurs rêves une réalité à Paris ! J’ai des journaux intimes de l’école baptiste militaire où j’ai écrit des trucs d’ adolescents stupides, «  Ce semestre je ne parlerai à personne, je vais juste écouter de la musique et lire des livres, et un jour je partirai à Paris et dormir avec des artistes dans des manoirs en décomposition.  » C’est hilarant car j’étais une sorte de clown de classe gothique. J’étais incapable de me taire, même une heure ! Mais j’ai vécu beaucoup de choses absolument folles et profondément traumatisantes qui me sont arrivées en grandissant. J’étais dans une sorte d’ adolescente cinglée pendant un certain temps dans mon pré-adolescence du traumatisme. Alors, après tout ce fantasme, j’ai lu la biographie de Louis Brooks, LuLu In Hollywood, alors que je travaillais dans une librairie. J’ai coupé mes cheveux et j’ai décidé qu’elle serait ma muse de vie. Et vous ne pouvez pas dire que Paris n’est pas l’endroit parfait pour une fille comme ça.

Si vous déviez définir votre façon de chanter du jazz, que diriez-vous ?
Je peux être très bruyante et amusante tout le temps. J’adore les défis et je vais vous confier un secret : j’aime les gens quand je les rencontre pour de toutes petites choses, et je ne déteste vraiment, vraiment personne même dans mon passé et même les pires. Je travaille toujours et j’apprends beaucoup, en particulier avec des gens comme Larry Klein, aidée par mon inspiration incroyable et mon ami Matt Davis avec qui j’ai écrit « Last In Line » dans l’album. Je veux utiliser la poésie et les paroles d’autres chansons. J’adore transmettre ces sentiments jusqu’à ce que je puisse continuer à comprendre comment écrire mes propres réflexions.

Si vous déviez définir votre façon de chanter du jazz, que diriez-vous ?
Oh allez ! Après avoir lu tout cela, vous savez que je ne pourrais jamais mais jamais me taire. Larry et moi nous allons nous voir pour nous amuser en France en septembre et je sais que les graines de notre nouvel album de conspiration commenceront alors. Après avoir fait une apparition sur Jools Holland, j’ai récemment rencontré un de ses collègues, membres du groupe Squeeze, Chris Difford, pour parler de l’écriture. Je les aime tous les deux et nous parlons beaucoup. Et comme toujours, surtout à Paris, je cherche désespérément à échanger de la poésie et à enregistrer avec mon idole Jarvis Cocker.

 

Hailey Tuck
Junk ( Sony )

Le site officiel d’Hailey Tuck :  haileytuckmusic.com

( crédit photos Hailey Tuck – Rocky Schenck )

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à