The Thing Chris Wahl

Chris Wahl : un univers de super-héros et de bande dessinée

Découvert dans les interstices de la galaxie Instagram, le travail de illustrateur australien Chris Walh a attisé notre curiosité. Dessinateur pour les grandes enseignes telles que Marvel ou LucasFilm, son univers se situe chez les super héros, les personnages de bande dessinée ainsi que dans la féminité. Passionné de dessin depuis tout petit, Chris Walh […]

propos recueillis par

Découvert dans les interstices de la galaxie Instagram, le travail de illustrateur australien Chris Walh a attisé notre curiosité. Dessinateur pour les grandes enseignes telles que Marvel ou LucasFilm, son univers se situe chez les super héros, les personnages de bande dessinée ainsi que dans la féminité.

Passionné de dessin depuis tout petit, Chris Walh vit aujourd’hui de son dessin et nous en parle avec enthousiasme depuis l’Australie. Une jolie découverte graphique.

Chris, comment avez-vous commencé à dessiner ? Et pour quelles raisons ?
J’ai commencé à aimer le dessin par les bandes dessinées et aux dessins animés que je regardais.
J’ai toujours dessiné, depuis mon plus jeune âge. Mon père et deux de mes tantes faisaient un peu de dessin en amateur, alors ils m’ont encouragé dès le début. J’ai toujours eu une imagination débordante et j’étais un peu introverti, le dessin a été une bonne aide pour ça. Quand j’avais 12 ans, j’ai commencé à sérieusement apprendre les fondements du dessin comme l’anatomie, la perspective, etc.

Vers quel genre vous êtes vous tourné et pourquoi?
Au début, j’avais pris l’habitude de dessiner avec un style bande dessinée. Plus tard, je me suis intéressé au portrait et à la caricature. J’ai grandi en aimant l’art fantastique (Frank Frazetta, Boris Vallejo), alors je pense que ma gamme de styles que j’utilise aujourd’hui est une combinaison de tous ces différents intérêts.

Quels sont vos thèmes de prédilection lorsque vous dessinez ? Et pourquoi ?
En gros, les thèmes que j’aime dessiner ont généralement une portére humaine. Mon art a également été beaucoup influencé par la pop culture. En grandissant dans la bande dessinée, l’art fantastique, les dessins animés, d’horreur et les films de science-fiction, mon style reflète et rend hommage à toutes ces influences. Que ce soit Velma de Scooby Doo, de zombies ou de Chewbacca, j’aime réinterpréter des personnages populaires toujours avec ma patte graphique.

D’où vous vient cette passion pour les Comics ?
Comme je le disais, j’étais fasciné par la bande dessinée dès mon plus jeune âge. L’un de mes premiers souvenirs de dessin était les bandes dessinées dans les journaux. Plus tard, j’ai commencé à collectionner des bandes dessinées (les premières bandes dessinées d’Archie, puis Marvel) et je les ai principalement collectionnées pour les dessins. À la bibliothèque de l’école il y avait une vaste collection d’Astérix et de Tintin qui m’ont également ouvert les yeux sur le monde de la bande dessinée européenne. Je pense que grandir dans les années 70 à 80 correspondait à une vague populaire pour l’industrie de la bande dessinée, et c’était plus fréquent comme passe-temps pour les enfants à l’époque que ce n’est aujourd’hui avec toutes les distractions de la nouvelle technologie. Bien que je pense que la popularité des films de super-héros a certainement aidé à relancer un peu l’industrie de la bande dessinée.

Comment êtes vous passé du dessin à l’illustration ?
Principalement par le fait d’avoir des ressources et des capacités limitées. Je n’ai jamais appris à peindre en grandissant. Jusqu’à la fin des années 90, mon dessin se basait sur du crayon et de l’encre et principalement en noir et blanc (bien que je fasse un pastel de couleurs pendant un moment avec le portrait). Une fois que je suis passé au numérique, j’ai appris à «peindre» et à explorer plus d’illustration.

Comment avez-vous commencé à collaborer avec des firmes comme LucasFilm ou Marvel ?
J’ai eu de la chance qu’ils me contactent après avoir vu mes dessins en ligne. Les archives d’Acme m’ont envoyé un e-mail après avoir vu mon blog et m’ont demandé de faire des illustrations sous licence Lusasfilm pour Star Wars. Marvel m’a trouvé via mon travail exposé sur Instagram.

Etiez-vous libre de travailler sur les projets qui vous sont confiés par ces firmes ou avez-vous des consignes très précises ?
Comme vous pouvez imaginer, ces deux sociétés ont des «regards» stricts sur leurs propriétés qu’ils veulent maintenir et contrôler. Il y avait de la liberté dans la mesure où je pouvais interpréter leurs personnages dans mon propre style dans une certaine mesure, mais ils ont toujours le dernier mot.

BANDEAU CHRIS WAHL

Quelles sont vos techniques de dessin ? Etes-vous un partisan du dessin sur ordinateur ?
Je dessine encore principalement au crayon sur papier, puis je scanne le travail à l’ordinateur à l’encre ou encore à la peinture numérique. Même si j’encre beaucoup de numérisation ces jours-ci, il existe des techniques d’encrage que je ne peux encore réaliser à l’ancienne méthode avec de l’encre et du papier.

N’avez-vous jamais eu envie de travailler sur une bande dessinée?
Bien entendu et ce depuis mon plus jeune âge ! Au début de ma carrière, j’ai moi-même publié mes propres bandes dessinées. Pour le moment, je me contente de faire les couvertures. Quand il s’agit de faire des bandes dessinées mensuelles, je suis un peu trop lent et j’ai une attention assez restreintre. J’ai toujours apprécié la pensée moyenne, et j’aime raconter une histoire à travers des tableaux. La conception de la mise en page, du flux, etc. c’est toujours une tâche très satisfaisante, mais faire plus de 20 pages par mois pour moi, à mon rythme ce n’est pas très pratique.

Vous dessinez beaucoup de figures et de corps féminins. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?
J’ai toujours admiré les artistes qui maîtrisent la féminité. J’ai envie de citer par exemple Frazetta, Gil Elvgren, George Petty, Serpieri, Milo Manara. En tant qu’artiste, vous vous sentez parfois ému et vous convoitez les capacités de ceux que vous admirez. Je suis quelqu’un qui est physiquement attiré par les femmes, et parfois, vous ne pouvez pas vous empêcher de dessiner où votre passion vous mène. Les formes féminine sont magnifiques.

Travaillez-vous sur des projets en noir et blanc ?
Je suis un illustrateur qui travaille essentiellement sur le noir et blanc. C’étaient donc le cas pour beaucoup de comics et de caricatures. Actuellement, je ne travaille pas sur de nombreux projets en noir et blanc. Ajouté au fait qu’aujourd’hui il est facile d’éclabousser un peu de couleur numérique sur un dessin. Mais parfois si je veux souhaite mettre dans un mon dessin, une certaine atmosphère, l’utilisation du noir et blanc est une excellente façon d’y parvenir.

Diriez-vous que vous faites des dessins engagés de façon sociale et politique ?
Non, je ne suis pas un artiste très politiquement ou socialement impliqué. La plupart de mon art traite de l’évasion et du fantastique. Quand je faisais beaucoup de caricatures, j’étais toujours impliqué dans des commentaires politiques et sociaux. Célébrités, politiciens, etc., lorsque vous les caricaturez et que vous le faites correctement, consciemment ou inconsciemment, vous projetez et vous incorporez votre point de vue et votre sensibilité.

Si vous deviez nous conseiller un artiste que vous appréciez, quel serait-il ?
C’est une question difficile. J’ai beaucoup de favoris, mais je vais choisir le dessinateur américain, Arthur Adams. Il a été l’une de mes influences de bande dessinée en grandissant et j’aime encore suivre son travail aujourd’hui. C’est un fantastique artiste de bande dessinée. Un maître de la forme.

Découvrez le travail de Chris Wahl sur son blog

http://chriswahlart.blogspot.fr/

 

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à