fbpx

Roger Waters : une carrière d’idéalisme artistique

par

Par Jean-Christophe Mary – Si Roger Waters n’a rien composé entre 1992 et 2017, il est resté très actif pendant ce dernier quart de siècle. Tout d’abord le bassiste des Pink Floyd s’est produit régulièrement sur scène avec son grand spectacle « The Wall » à plusieurs reprises, transformant cet opéra rock en un show politique.

Parallèlement, il aura écrit un opéra et même réussi l’exploit de réunir Pink Floyd pour le concert de charité Live 8 en 2005. Son quatrième album solo, «Is This the Life We Really Want? « reprend donc l’histoire où il l’avait laissé avec « Amused To death « en 1992. Bruits d’explosions, horloges, ballade au piano, guitare, aboiements de chiens, on retrouve les ambiances sonores qui sont la marque de fabrique de Roger Waters. Ceux qui attendent une œuvre de Pink Floyd vont être déçus -sauf peut être les fans de « The Final Cut » -qui le considèrent cet album floydien comme étant le premier album solo de Roger Waters. Epaulé par les guitaristes Jonathan Wilson et Gus Seyffert, du batteur Joey Waronker, du claviériste Roger Manning et du producteur Nigel Godrich (Radiohead), on découvre une richesse sonore qui évoque la dernière période Pink Floyd sans pour autant se référer à un album particulier. On repère ici un soupçon de « Wish You Were Here », des claviers rappelant e « One of These Days », des cris « Animals » et quelques ambiances mélodiques et narratives comme sur « The Wall » mais cet album reste vraiment à part dans l’oeuvre de Roger Waters. Tout comme le sont « Pros and Cons » qui porte l’empreinte d’Eric Clapton et David Sanborn où « Amusde To Death» marqué lui par le style de Jeff Beck, c’est bien la patte de Nigel Godrich que l’on retient sur ce nouvel opus. Alors que Waters se réfère à « Animals » lors de sa tournée 2017, le message est on ne peut plus plus clair avec la chanson « Déjà Vu ». Trente ans après, les problèmes sont les mêmes, l’homme n’as pas su tirer les leçons de ce qui le mène à sa perte et n’a rien appris. « The Last Refugee » et « Picture That » font échos à l’’injustice, aux ‘inégalités, aux réfugiés, aux attentats tandis que « The Most Beautiful Girl » est une ode à la liberté perdue. L’album s’écoute comme est une longue suite de titres et se ferme avec « Wait for Her », dont les paroles sont adaptées d’un poème du poète palestinien Mahmoud Darwish. En 50 ans de carrière, Roger Waters n’a rien perdu de son idéalisme artistique ce qui influence encore grandement aujourd’hui sa musique.

Roger Waters
« Is This the Life We Really Want ? »

Lire aussi dans notre sélection musicale :

Radio France : les archives sonores de musiques traditionnelles

Lord Ruby : du rock venu de Lyon

Youn Sun Nah : un très séduisant « She Moves on »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à