fbpx
JEAN VARELA - Printemps des Comédiens

Printemps des Comédiens : Isabelle Huppert se confronte à Sade

Par Nicolas Vidal – Isabelle Huppert sera cette année au Printemps des Comédiens pour lire des textes de Sade, compilés par Raphaël Enthoven. Jean Varela, directeur du Festival, nous présente ce moment important pour le Printemps, devenu en quelques années un événement incontournable de l’Art Vivant en France.

propos recueillis par

La lecture d’Isabelle Huppert sera l’un des moments importants du Printemps. Pourquoi ce choix, Jean Varela ?
Pourquoi ce choix ? J’ai envie de vous répondre : parce que Isabelle Huppert, tout simplement. Parce qu’elle est cette icône absolue de notre imaginaire théâtral, cinématographique. Parce qu’elle siège dans une sorte d’Olympe des actrices où elle ne voisine guère qu’avec trois ou quatre autres noms que je vous laisse imaginer.
Alors, oui, c’est un honneur et une chance pour un festival que de pouvoir l‘accueillir. J’ajouterai un élément à mes yeux importants : Isabelle Huppert ne se contente jamais de jouer de sa popularité pour se cantonner à des propositions de spectacle qui pourraient relever de la facilité. Non : elle se met constamment en danger, elle prend constamment son public, le public à contre-pied si on peut le dire ainsi. Et je trouve que c’est en parfaite adéquation avec un festival qui programme des metteurs en scène exigeants ou parfois déroutants comme, par exemple, Romeo Castellucci.

En quoi cette proposition sera-t-elle un spectacle comme présenté dans le programme ? On imagine quelque chose de plus traditionnel pour une lecture…
Je revendique le mot spectacle. Pourquoi ? Même réponse qu’à la première question : parce que Isabelle Huppert ! Pour une lecture, on vient écouter un texte. On peut apprécier la qualité du lecteur, le modulé de sa voix, son phrasé, que sais-je…. Mais c’est le texte qui est l’enjeu de ce moment d’écoute.
Ici on vient assister à la confrontation d’une légende de notre imaginaire, d’une actrice qu’on a aimée dans tant et tant de films, sur tant et tant de scènes avec un texte qui n’est quand même pas ce que notre littérature a produit de plus facile…

En tant que directeur, quelle est la corrélation artistique entre Sade et Isabelle Huppert ? Est-ce une belle alchimie entre une voix et un texte ?

Ce spectacle, faut-il le rappeler, n’est pas créé pour le Printemps des Comédiens. Isabelle Huppert l’a inauguré en 2013 à Bruxelles et elle aime tellement se couler dans le phrasé de Sade que, périodiquement, elle le reprend. J’ajoute qu’elle n’est pas seule face à Sade : les textes ont été compilés, choisis en collaboration avec le philosophe Raphaël Enthoven. Et ils explorent les deux faces de l’univers sadien (je ne dis pas sadique, évidemment) : la vertu avec Justine, le vice avec Juliette.
Isabelle Huppert prête sa voix aux deux. Et elle le fait avec une sorte de distance qui met les horreurs racontées dans ces lignes comme un peu plus loin de l’auditeur. Elle-même trouve qu’il y a dans ces textes une naïveté. Elle n’hésite pas à dire que c’est souvent drôle. Et même que Sade est, je la cite, un auteur comique !
Quoi qu’il en soit, vous parliez d’alchimie entre texte et voix. Je crois qu’on atteint rarement à un tel degré de fusion : on est presque là dans un registre de musique de chambre.

Isabelle Huppert lit Sade
Printemps des Comédiens – Montpellier
Texte réunis par Raphaël Enthoven
Lumière : Bertrand Killy
Avec : Isabelle Huppert
Production : Les Visiteurs du soir.

Plus d’informations sur le spectacle ici

AMPHITHEATRE D’O
lundi 19 juin / 22h00
durée : 1h10
tarif plein : 32 €
tarif reduit : 27 €
tarif jeune : 10 €
d.e. : 15 €
spectacle « étoile »

Lire nos interviews théatre :

Kintsugi : la fusion de la musique et des êtres à Sète

Nicolas Lumbreras : la polyvalence du talent et de la scène

Jaroslaw Fret : la nouvelle vague du théâtre polonais

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à