fbpx
Affiche Tres Court International Festival

Très court International Film Festival : le cinéma à contre-courant

Par Nicolas Vidal – Organisé dans 90 villes de 28 pays, le Très court Festival International Film lance sa 19ème édition dans quelques jours. C’est l’occasion de découvrir un festival qui met en avant les jeunes talents, épris de cinéma et de propositions percutantes pour séduire le jury.

propos recueillis par

Tour d’horizon d’un festival qui essaime le cinéma dans le monde entier.

En quoi le Festival est-il à contre courant de l’uniformisation des cultures ?
Les films viennent de partout, et vu leur format, on constate très vite qu’ils ne s’inscrivent pas dans une logique de rentabilité économique. C’est cette logique qui fait que beaucoup de films se ressemblent et sont écrits avec les mêmes règles, pour des raisons principalement commerciales. L’uniformisation vient de la dépendance aux modèles de rentabilité de l’industrie audiovisuelle.

Un Festival qui se déroule dans 90 villes de 28 pays est un tour de force. Comment appréhende t-on une telle organisation ? Quels sont les points clés ?
La coordination est la clé du dispositif. Une équipe de coordination resserrée, et un réseau d’organisateurs locaux motivés dans toutes les villes participantes. Une fois que nous avons mis au point le mode d’emploi pour organiser l’événement sur un endroit, le plus dur est fait. Ce n’est pas si difficile de décliner ensuite l’aventure sur d’autres lieux. Reste toutefois les questions de langues et du sous-titrages qui demandent un travail non compressible, en fonction des pays où le festival est projeté.

3000 films sont visionnés pour bâtir la sélection. Quels sont les critères de choix pour dégager les courts métrages sélectionnés ?
Au vu du nombre de films visionnés, il y a toujours une part de subjectivité dans les choix de ceux qui sont retenus. Quelques critères sont quand même importants. Une bonne utilisation du format, une intention de réalisation clairement identifiée, un scénario qui tient la route, et bien entendu, un minimum d’originalité. Sur un format très court, l’impression de déjà vu est souvent là.

Est-il possible de tisser un fil rouge sur les thèmes des films ? Ou y-a-t-il un large spectre de sujets ?
Chaque année des thèmes émergent. Difficile de comprendre pourquoi il y a des sujets qui inspirent plus que d’autres les réalisateurs. L’usage des réseaux sociaux est un thème qu’on retrouve régulièrement depuis quelques années. Le traitement de l’actualité également. Les rapports parents-enfants est un thème plus inédit cette année. tout comme les films qui montrent le cinéma de l’intérieur, des mises en abimes où les réalisateurs et les scénaristes deviennent acteurs, au coté de ces derniers jouant leur propres rôles

Quel est le profil du public qui se passionne pour ce festival ?
Il est très varié et pas toujours facile à identifier. il va du cinéphile exigeant, au simple curieux avide de nouveautés, de l’étudiant en cinéma au créatif publicitaire en quête d’inspiration, sans oublier les fans du Très Court qui ne manqueraient une séance pour rien au monde.

Un format de 4 minutes. Quelles sont les qualités essentielles pour proposer un court-métrage percutant ?
Je pourrais rajouter à ma réponse précédent que pour ceux qui se lancent dans la réalisation, il ne faut pas hésiter à couper, couper, et recouper dans son film. La concision est la qualité première du Très Court

Pour finir, pouvez-vous nous dire quelques mots sur Nicolas Boukhrief, le président du Jury ? Pourquoi ce choix ?
Nicolas Boukhrief est un passionné de cinéma. A la vie comme sur un plateau, il est constamment à l’affut, en quête du moindre détail qui enrichirait son regard de cinéaste, qui permettrait de sortir des sentiers battus. Présider le jury du Très Court, c’est pour lui l’occasion de découvrir de nouvelles générations de réalisateurs, et surtout d’encourager par un prix ceux que l’on considère comme les plus prometteurs.

19 ème édition du Très court International Film Festival
du 9 au 18 juin partout en France et les 16,17,18 juin au Forum des Images / Paris

Le site officiel du Festival : www.trescourt.com

Lire aussi dans nos interviews découvertes :

Francesco Spampinato : l’art contemporain sous covers

Gaël Hamayon : un amour de culture

Prix de la Closerie des Lilas : Carole Chrétiennot, la passion littéraire

Audrey Siourd : les liseuses dans le métro parisien

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à