fbpx

Judas Priest : le heavy-metal des 80s de « Turbo Lover »

par

Par Jean-Christophe Mary – Aux côtés de Black Sabbath, Judas Priest fût l’un des pionniers du heavy metal britannique des 70’s. Trente ans après sa sortie en 1986, Sony music réédite le 10ème album studio du groupe, « Turbo 30 ».

Au milieu des 70’s, la scène heavy metal se radicalise avec l’arrivée de Judas Priest. Look cuir et clous, il en devient un groupe-phare, mené par l’étrange chanteur blond platine Rob Halford et le duo de guitaristes KK Downing et Glenn Tipton.

Lorsque « Turbo 30 » parait en 1986, Judas Priest est une figure de la scène heavy metal depuis que son « British Steel » sorti 6 ans plus tôt l’a propulsé en haut des charts. « Turbo 30 » est important dans l’impressionnante discographie de Judas Priest (26 albums) notamment grâce au tubesque « Turbo Lover » qui reste encore aujourd’hui l’un des morceaux les plus réclamés en live par le public. Enregistré à l’origine avec le producteur historique du groupe Tom Allom, l’enregistrement opère surtout un virage radical dans le son du groupe du fait de l’utilisation de guitares synthétisées, même si le quartet conserve le style Heavy Metal classique que Judas Priest s’est forgé depuis ses débuts en 1974. On reconnait la patte de Judas Priest sur des morceaux tels « Turbo Lover », « Parental Guidance » ou « Locked In » qui du premier au dernier rang des gradins seront repris par des foules entières. Sur les deux autres CD, l’enregistrement « live Kansas à City » capté lors de la tournée « Fuel For Life » de 1986, pour la promotion de « Turbo » vaut à lui seul le détour. Le son est fantastique, le traitement des guitares y est bien meilleur que sur « Priest…Live ! », le live officiel sorti en 1987. Les fans retrouveront surtout la voix exceptionnelle de Rob Halford, le puissant duels de guitares croisées entre KK Downing et les rythmes percutants de Dave Holland. Nostalgie, nostalgie…

Judas Priest

Turbo 30
Sony UK

Lire aussi dans nos choix musicaux :

Leo Sidran : Entre chien et loup et en public

Vincent Peirani : la force musicale de l’accordéon

Vakia Stavrou : les turpitudes et les bonheurs de la vie

Sarah King : un jazz cocktail de New-York

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à