Soleil Brûlant en Algérie : Couvrez cette guerre que je ne saurais voir

par

Par Romain Rougé – 1956, Alexandre Tikhomiroff est mobilisé et envoyé en Algérie. Le jeune officier se retrouve au milieu d’une guerre qu’il ne faut pas nommer. Dans Soleil Brûlant en Algérie, le dessinateur Gaétan Nocq met en images les souvenirs de « Tiko ». Un beau roman graphique qui raconte un des pans les plus complexes de l’histoire de la République française.

Une guerre qui n’en était pas une. Beaucoup a été dit et écrit sur « La guerre d’Algérie », mais le témoignage d’Alex, ici, est assez inédit. Dans cet atypique roman graphique, point de fioritures, juste le récit et le ressenti d’un appelé qui raconte comment il a vécu, à l’époque, au coeur des événements. Entre servitudes militaires et peur des attentats des fellaghas, la vie à Cherchell, école d’officiers, n’est pas de tout repos. Une immersion intime dans le mess des officiers où se joue parfois une guerre psychologique, loin d’Alger, loin des mechtas et des pieds-noirs.

Guerre d’Algérie : le combat pour la paix d’Alexandre Tikhomiroff

27 mois après avoir « servi » la République, Tiko revient à Paris où une autre « guerre » l’attend : celle des idées. « Coco » dans l’âme, le jeune homme assiste et participe activement aux bouleversements qui conduiront à l’indépendance algérienne : manifestations, putsch, OAS. « C’était difficile d’oublier le passé. On ne s’en débarrasse pas comme ça. Mais ce n’était pas dans le passé que j’allais me plonger. C’était dans l’avenir, celui du combat pour la paix. Non, l’histoire ne s’était pas arrêtée au terminus de la gare de Lyon », se souvient-il.

Fervent défenseur de l’apaisement, après l’épisode de l’armée, Tiko reste profondément attaché à ce pays longtemps français – du moins dans ses statuts – dont il admet avoir longtemps ignoré la réalité. Quinze ans plus tard, il foule à nouveau les terres algériennes, en civil cette fois. Un voyage salvateur : « Je suis revenu pour retrouver l’Algérie en paix. »

Loin des analyses politiques et idées revanchardes, Soleil Brûlant en Algérie est un récit subtil et réaliste de cette trouble période. Les dessins abstraits, tout en noir et blanc de Gaétan Nocq retranscrivent parfaitement cette atmosphère du souvenir, les espoirs brumeux et les angoisses prospères.

Un roman graphique pour ne pas oublier que l’Algérie, c’était bien une guerre.

Soleil Brûlant en Algérie
Editions La Boîte à Bulles – Collection Contre Coeur
Scénario : Gaétan Nocq (d’après le récit d’Alexandre Tikhomiroff)
Dessin : Gaétan Nocq
240 pages, 20 €

A lire aussi dans Roman graphique :

Le Retour de la bondrée : BD sur l’envol d’un libraire torturé

Journal d’Anne Frank : la version BD pour se souvenir

Hans Fallada : l’écrivain raconté et dessiné par Jakob Hinrichs

Le rapport Brodeck : le nouveau chef d’œuvre de Manu Larcenet

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à