Cruelle: Une BD atypique et autobiographique

par

Par Boris Henry – Premier tome d’une trilogie consacrée à l’enfance, Cruelle est un ouvrage atypique tout à fait désarmant.

Florence Dupré la Tour aborde ici son rapport au « spectacle de la vie » à partir de son enfance et, plus particulièrement, par le prisme de ses relations avec les animaux. Cochons d’Inde, lapins, tortue, poules, oie, cochon, chats, poissons, chienne… l’ont confrontée à la mort comme spectatrice ou comme actrice. Ils l’ont aussi questionnée quant à la curiosité, voire au plaisir, qu’elle pouvait éprouver, dès son plus jeune âge, face à leur souffrance. Ils ont également été les vecteurs de réflexions sur la place de l’individu, et plus largement de l’être humain, dans l’existence, un espace donné, la nature…

Dans Cruelle, la talentueuse Florence Dupré la Tour s’expose sans détours et ausculte son enfance singulière passée tour à tour en Argentine, près de Troyes, en Guadeloupe, puis à Lyon.
Le ton est sec et sans complaisance. Le dessin en noir et blanc privilégie les gris charbonneux évoquant le fusain – mais vraisemblablement effectués à l’ordinateur – et il n’hésite pas à exagérer la taille d’éléments du corps (bouche, nez), faisant des personnages des êtres hybrides, quelque part entre l’humain et l’animal.
Cet album est d’autant plus fort et dérangeant que l’honnêteté intellectuelle et artistique habite manifestement chaque page. Cela accentue le malaise du lecteur qui se trouve impuissant, en quelque sorte en position de voyeur, tout en bénéficiant de ces histoires courtes et des situations qu’elles content pour alimenter ses pensées.
D’une force rare, Cruelle ouvre probablement de nouvelles portes au sein de l’autobiographie en bande dessinée, traçant une voie certes rude, mais passionnante.

Cruelle
Éditions Dargaud
Scénario et dessins de Florence Dupré la Tour
208 pages en noir et blanc
18,95 euros
Parution : 2016-01-22
ISBN : 9782205073348

À lire aussi dans Bande dessinée:

Antoine et la fille trop bien : une chronique fine sur l’adolescence

Histoires de Pebble Island : McNaught sublime notre quotidien

Holly Ann, Tome 2 : La dernière Natchez

Rio : Favelas, les pavés sous la plage

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à