Train Fantôme ? Une comédie loufoque qui perd hélas son (fil) conducteur

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Crédit-photo : Lot/ Eric Métayer nous avait éblouis au printemps dernier avec sa génialissime comédie « Les 39 marches ». Emporté dans ce registre du delirium tremens, l’histrion revient à bord d’un « Train Fantôme » bien décidé à nous faire rire de peur.

Les spectateurs prennent place sur l’ancien cimetière de la miséricorde (Si, si, c’est la vérité !). Face à eux, un prince de Transylvanie affronte vaillamment des hordes de Türks avant de découvrir que sa bien-aimée, le croyant mort, s’est jetée du haut d’une tour…Ainsi commence la terrible histoire de Dracula que cinq artistes fous furieux vont interpréter dans une ambiance loufoque et totalement anachronique !
Comme de coutume dans les mises en scènes d’Eric Métayer, les décors sont aussi abracadabrants que les costumes et tiennent dans un demi mouchoir de poche: outre les châteaux en carton, les gargouilles humaines et les ouragans de tissus, sa troupe d’excellents comédiens se retrouvent cette fois entourée de miroirs évanescents et n’hésite pas à se couvrir de gousses d’ail et de crucifix ! Il faut dire que les vampires sont nombreux dans cette épopée et qu’il n’est pas rare d’en croiser sur scène. Fidèle au roman de Bram Stoker, l’intrigue nous raconte l’amour de Dracula pour Mina, la réincarnation de sa défunte épouse. C’est précisément la sulfureuse Andréa Bescond qui interprète la belle Mina : actrice diabolique, elle n’hésite pas à se dédoubler (détripler ?) devant les spectateurs pour jouer deux rôles antinomiques en simultané. Ce « One-woman show » (« Two-women show ? ») est à l’exemple de l’énergie grisante qui porte l’ensemble des jeunes comédiens dans ce scénario déjanté : passant du prêtre au médecin fou sans oublier le clerc de notaire, ils échangent incessamment leurs rôles et n’arrêtent pas un instant de cavaler ! Pris d’une schizophrénie galopante, ils plongent sans complexe dans leurs personnages au point de se transposer du cimetière à la boite de nuit d’un simple coup de baguette magique ! Bien que le grand écart d’Andréa soit aussi impressionnant que les figures de hip hop de Dorel, l’histoire se découd peu à peu et l’on en perd le fil conducteur… C’est regrettable car l’on aimerait vraiment rester dans ce Train Fantôme pour partager l’aventure jusqu’au terminus mais elle manque de cohésion et se traine en longueur (notamment dans la scène de l’exorciste)
Un spectacle délirant, certes, mais moins captivant que « Les 39 marches » ! A reficeler peut-être pour devenir parfaitement dingue !

Train Fantôme
La comédie flippante de Gérald Sibleyras et Eric Métayer
Avec Jean-Philippe Bêche, Andréa Bescond, Dorel Brouzeng-Lacoustille, Yamin Dib et Christophe Laubion

Théâtre de la Gaité Montparnasse
26, rue de la Gaieté – Paris 14e

Représentations du mardi au samedi à 21h
Matinées samedi à 16h30 et dimanche à 15h
Locations : 0143221618

A voir aussi:

Un succulent vaudeville au son du mambo italiano : Bravissimo !!

Ferré, Ferrat, Farré : Trois F qui vibrent comme une musique

Zelda & Scott : Une plongée pétillante dans les Années folles

Une belle au bois dormant revisitée par Harold Pinter : Attention au réveil !

Miss Carpenter : Une diva en retraite explosive et étincelante

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à