Aurèle Quidam : du folk rock du côté de la Bretagne

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Place aux jeunes. Aurèlien Picard, originaire de Bannalec en Bretagne, se lance à 27 ans dans du folk rock en solo sans toutefois renoncer à poursuivre ses activités musicales en groupe. Il nous présente les premiers morceaux d’un album intimiste et sensible.On lui souhaite un bel envol!

Quelle est l’origine de ce nom : Aurèle Quidam?
Mon vrai nom est Aurélien Picard. mais j’ai un homonyme, qui a un projet musical sur internet, on a le meme âge…pour ne pas qu’il y ait de confusion j’ai donc pris le diminutif de mon prénom (qui en est un aussi) et Quidam comme un simple quidam qui cherche sa place grâce à ses chansons.

Depuis quand faites-vous de la musique? C’est une passion que les fées vous ont soufflé au berceau?
Je joue de la guitare depuis l’âge de 12 ans, mais avant ça j’avais fabriqué une guitare en bois vers mes 10 ans, une caisse avec des cordes en fil de pêche. Dès les premiers accords, j’ai tout de suite eu envie d’écrire des textes dessus. C’est devenu une obsession depuis. A 15 ans, j’ai formé mon premier groupe au lycée pour lequel j’écrivais , jouais de la guitare et chantais et depuis ça ne s’est jamais arrêté.

Quels sont vos mentors en matière de musique?
J’écoute pas mal de musiques différentes, souvent par périodes (comme beaucoup de personnes je crois). Du blues, du rock (surtout celui des années 60-70 anglosaxon), de la chanson francaise (Brel , Brassens, Brigitte Fontaine, Arthur H, Mano Solo) du folk (Asav Avidan, Johnny Cash, Angus and Julia Stone…)

« Où le vent me porte  » est un album un rien mélancolique, non?
Oui c’est vrai, mais j’aime bien ce coté dans la musique. Le coté folk me permet de faire passer des textes mélancoliques sans que (je l’espère) ce ne soit trop plombant. C’est aussi une periode de ma vie qui veut ça, comme la musique que j’écoute, c’est une humeur générale. J’ai ecrit des choses plus noires et certainement moins buvables auparavant, c’est pour ça que je n’avais pas fait éclore le projet, je n’étais pas satisfait.

« Tant de routes m’appellent et m’attirent »… » je passe ma vie à me fuir »: un album autobiographique? Aurèle est-il tiraillé par plusieurs chemins possibles et angoissé par les choix?
Cela rejoint la question précédente, et je trouve que vous etes très clairvoyante (même si je suis assez explicite dans mes textes). Oui, tiraillé par beaucoup de choix. Et je vis une époque où il y a beaucoup de changements pour moi, dont l’éclosion du projet ; j’essaie de moins me préoccuper de ce que je peux ou dois faire et de « me laisser porter par le vent » et de laisser venir les choses mais je continue à penser que le tiraillement, ou la mise en tension facilitent l’écriture.

Depuis 2006, vous travaillez dans le groupe rock français Ogma…qu’est-ce qui vous a poussé à tenter le solo? L’envie de jouer des morceaux plus folk?
J’ai joué,et écrit en groupe depuis 13 ans mais je n’avais jamais tenté l’aventure solo; pourtant l’envie m’a souvent titillée, j’ai écrit plusieurs chansons en allant vers des chemins différents en vue d’un projet solo mais, toujours insatisfait, le temps passait et rien ne voyait le jour. Et puis je me suis lancé. J’ai trouvé des morceaux qui me plaisent en m’appuyant plus sur des teintes folk au niveau de la guitare, ce qui me permet de faire passer des textes parfois très personnels mais je fais attention à ne pas faire de ma musique un déversoir: je veux que ce soit sensible mais que ça reste positif. C’est un travail complètement différent de celui en groupe, on est vraiment seul dans les moments de composition et ce n’est pas chose aisée après mes expériences en groupe mais j’aime cette approche aussi. Il me faut les deux pour trouver mon équilibre. Le rock dans un clan et la chanson en solo.

Vous êtes auteur et compositeur des cinq morceaux de l’album « Où le vent me porte »…on sent que ce sont des ballades qui sont portées par le coeur et qui bouillonnent depuis longtemps en vous….on se trompe?
Beaucoup de textes sont passés à la trappe, beaucoup d’hésitation et encore aujourd’hui, je travaille mon set en apportant de nouvelles chansons. Et oui ça vient vraiment de l’intérieur, c’est un lieu d’expression où je peux exprimer ce que je ressens au fond et que je ne dis pas forcément.

Enfin y-a-t-il des dates en perspective? Quelles actualités pour Aurèle Quidam?
Peu de dates pour le moment car je suis assez occupé cet été mais dès septembre (avec quelques compositions en plus ) je jouerai au maximum pour rôder mes compositions en vue d’un album cet hiver. D’autres clip aussi avec les copains du collectif Tomahawk.

Ecouter Aurèle Quidam

A lire aussi:

Niuver : L’identité sensuelle de la liberté

Le Skeleton Band : Une incroyable contrée musicale

Piers Faccini : un prochain album entre chien(s) et loup(s)

Julia Lezhneva : le deuxième opus de la jeune prodige russe

Benjamin Grosvenor : Rhapsody in blue ou l’essence du virtuose

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à