Arles : Les Suds envahissent la ville

par

Par bscnews.fr / Pour sa 18e édition, les Suds à Arles se dérouleront du 8 au 14 juillet 2013. Marie-José Justamond, la directrice des Suds à Arles nous en dit plus sur cette nouvelle édition avec la présence de très nombreux artistes ( Goran Bregovic, Rokia Traoré, Miguel Poveda, Alela Diane…) qui se produisent pendant une semaine dans des lieux magnifiques et chargés d’histoire. Arles se retrouve une fois de plus aux carrefours des cultures des Suds.

Quels seront les moments importants de cette nouvelle édition des Suds ?
Ils le sont tous, mais cette année nous avons exceptionnellement [la Nuit], un événement gratuit en coréalisation avec Marseille-Provence 2013. Mais aussi la soirée du mardi 9 juillet avec Goran Bregovic et Fanfaraï en première partie, une soirée festive et grand public. Quant à la soirée du vendredi 12, elle représente un enjeu artistique et culturel puisque les deux artistes, Miguel Poveda et Alela Diane en, première partie, ont une esthétique tout à fait différente, mais une inspiration commune, leur terre. Nous espérons que le public de l’un appréciera l’autre artiste.

Quelles seront les nouveautés par rapport à l’édition précédente ?
Bien sûr [la Nuit] blanche des musiques du monde le samedi 13 juillet en coréalisation avec Marseille-Provence 2013, 12h de musiques non-stop, plus de 300 artistes répartis sur 16 lieux patrimoniaux de la cité d’Arles, inhabituels pour ce genre d’événement (Thermes de Constantin, Cryptoportiques, Temple protestant,…).
Lors de cet événement nous retrouverons des artistes aux esthétiques diverses et variées comme Acoustic Africa, Du Bartas mais aussi des créations spéciales comme Bumcello & invités pour un bal de Fou et Brama Biòu de Saboï pour ne citer qu’eux.

Comment se répartissent les différentes scènes du festival ?
Dans la semaine du mardi 9 au vendredi 12, les 3 concerts en soirée sont payants : dès 19h30 la cour de l’Archevêché accueille les Moments Précieux où des artistes rares ou des formations inédites se produisent en acoustique. Les Soirées Suds au Théâtre Antique à partir de 21h30 sont l’occasion de découvrir un artiste en découverte en première partie puis d’apprécier un artiste de renom. La soirée se termine avec les Nuits de Forges au Parc des Ateliers de 23h à 4 heures du matin avec des sets de DJ avant et après un concert de 90 minutes, concert enrichi par des créations vidéo mixées en direct.
Ensuite, il y a tous les événements en journée qui sont tous gratuits et plus axés vers la découverte et les rencontres : les scènes en ville, les siestes musicales et les salons de musique reviennent chaque jour de la semaine, mais il y aussi des événements ponctuels. Aussi, en parallèle, 40 stages et master class se déroulent dans divers lieux d’Arles ; des stages de musiques, voix, danse, art de vivre, percussions…avec des artistes de renom ou pédagogues reconnus pour leur sens de la transmission de cultures traditionnellement orales.

Quel est le fil rouge commun à ces dernières éditions ?
Le caractère militant du festival, c’est à dire sa volonté forte et revendiquée de mise en valeur des cultures et des musiques singulières par rapport au grand courant « mainstream ». C’est un festival qui veut faire plaisir, mais qui veut aussi avoir du sens.

Comment pourriez-vous définir cette nouvelle édition qui propose une nouvelle fois un programme élargi et varié ?
Cette année 2013 est celle de Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture, nous serons encore plus ouverts à tous les publics.

Le théâtre Antique sera-t-il une nouvelle fois au confluent des cultures cette année ?
Bien sûr, le théâtre Antique accueillera des artistes de tous les horizons… mais c’est le cas avec tous nos lieux : la cour de l’Archevêché pour les Moments Précieux et l’espace Van Gogh qui accueille certains stages, mais aussi les Apéros musicaux, salon de Musique…

> La programmation complète des Suds à Arles sur le site du Festival

Lire aussi :

Remise à neuf : Le festival de théâtre dans les villages du Lodévois et du Larzac

Bordeaux : L’encyclopédie de la parole au Festival Chahuts

Nicolas Ancion : Un marathon littéraire de 24 heures dans New York

Alessandro Barrico et Rebecca Dautremer : histoire d’une rencontre

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à