Marlène Dietrich : Ange bleu ou démon blond ?

par

Par Pascal Baronheid – bscnews.fr / Marlène Dietrich aurait été la première femme à se promener en pantalon sur les Champs-Elysées, au grand dam de la presse parisienne. « Comme toujours, elle s’en tamponna et s’en torcha », commente Zoé Valdès, dans un hommage à l’actrice allemande et au film de Sternberg qui fera d’elle l’incarnation de la femme fatale et une icône érotique des années trente autrement convaincante que les créatures vulgaires qui pullulent aujourd’hui, espérant chacune reprendre l’inaccessible sceptre.

Valdès (Cuba, 1959), raconte sa lente approche de Marlène, depuis la « mélasse kitsch » véhiculée par sa grand-mère. Le sous-titre de ce livre pourrait-être « Comment Marlène Dietrich a imprégné ma vie, au point de s’y enchâsser ». Histoire d’une fascination sage.

« L’Ange bleu », Zoé Valdès, Hermann, 9,90 €

A lire aussi:

Le livre de l’intranquilité : un OVNI littéraire qui chahute avec douceur et violence

À la santé d’Henry Miller: la quête initiatique de Balthazar

Amy Winehouse : une biographie en marge des clichés

Apple : Steve Jobs, une figure emblématique de ce siècle

Stendhal : Cet « homme à femmes » aimait-il vraiment les femmes ?

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à