Le Passé : l’art de parler avec grâce et simplicité de ses répercussions sur l’instant présent

par

Par Inès Bedrouni – bscnews.fr/ « Le passé » apparaît pour certains comme un écho de « Une Séparation » sorti en 2011, dans lequel Asghar Farhadi avait déjà révélé ses tourments avec le thème du divorce et des multiples déchirures qu’il implique.

Nous le retrouvons donc accompagné de Bérénice Béjo, Tahar Rahim et Ali Mosaffa, dans un drame qui attire l’attention du reste de l’occident grâce à l’universalité de ses propos visuels, mais avant tout existentiels.La particularité d’Asghar Farhadi est d’entremêler grâce, simplicité et efficacité à l’écran, et ce parfois même à travers des subtilités d’ordre métaphorique. Dès les premières minutes, par exemple, le spectateur assiste à « Une séparation » contre laquelle les sujets sont impuissants. Marie (Béjo) attend Ahmad (Mosaffa) à l’aéroport, et quand ce dernier arrive, il tente en vain de discuter avec elle alors qu’ils sont séparés par une vitre. Cette scène aurait pu être insignifiante si l’incompréhension, mêlée à l’inaudible, n’était pas autant mise en valeur. D’entrée de jeu, nous savons que plus rien ne pourra les lier de nouveau, malgré les traces du passé, encore inconnues. Mais l’intelligence de la réalisation apparait également à travers la délicatesse de la colorimétrie, qui aide le spectateur à entrer peu à peu dans un monde empli de secrets, bercé par le silence. Il est effectivement important de relever que ce dernier remplace la musique, qui n’intervient que dans les dernières minutes, au cœur du dénouement. L’absence de musique permet, dans n’importe quel film, et ici plus particulièrement de donner de la profondeur aux actions, ou à leur absence. Mais Asghar Farhadi ne laisse pas non plus le spectateur dans un vide complet puisqu’il prend le parti d’user à foison des bruitages, comme celui de la pluie qui frappe les vitres de la voiture, créant ainsi une atmosphère réaliste face à laquelle le spectateur est incapable de rester indemne. S’éloignant ainsi de la superficialité des blockbusters, « Le Passé » propose en plus d’une authenticité réconfortante, un schéma scénaristique particulièrement solide. Même si certains ont perçu quelques longueurs il est indéniable qu’elles sont bien portées par les acteurs et que la lucidité des plans va dans le sens du propos global : les failles douloureuses du passé ont toujours une emprise sur l’instant présent.

Date de sortie : 17 mai 2013 (2h 10min)
Réalisé par Asghar Farhadi
Avec Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Ali Mosaffa ….
Genre : Drame
Nationalité : Française

A découvrir aussi:

Cinéma : Emir Baigazin primé pour son premier film

Hannah Arendt : une relation fusionnelle entre philosophie et cinéma

Prince Avalanche : David Gordon Green enchante avec ce road movie philosophique

Closed Curtain : Un film réalisé dans le plus grand secret et primé

Juliette Binoche : l’authenticité juste de Camille Claudel

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à