Métronome : Quand le métro s’enchante

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr / L’été est quasiment au rendez vous, en tout cas si le soleil se fait timide, le Théâtre Rive Gauche enchante nos coeurs et réchauffe nos corps avec Métronome mise en scène par Pascal Legitimus. C’est avec ravissement que je le retrouve en compagnie de Xavier Margueritat sur les lieux du crime pour en savoir un peu plus sur ce spectacle souterrain…

Le Pitch : Trois filles et deux garçons se retrouvent malgré eux coincés dans les couloirs du métro; loin de garder un calme de rigueur, ce petit monde s’agite pour notre plus grand plaisir, cinq voix , cinq personnages qui nous baladent entre rêve et réalité en revisitant a capella un large répertoire des grands succès de la variété française et internationale. Un spectacle qui mêle la musique classique, le rap et le jazz… Il y en aura pour toutes les sensibilités.

Pascal, racontez nous la Genèse du show, qu’est ce qui vous a donné envie de monter ce projet?
P.L. Il était une fois…. Le projet remonte à 1996 et ma rencontre avec Colette Cohen à Cannes pour un festival «Jeunes talents», disons que «le feeling» passe, on discute, elle me parle de la compagnie 5 de coeurs que je rencontre par la suite autour d’un verre, je découvre une bande d’artistes soudés, motivés et talentueux. C’est à partir de là que le projet prend son envol sous forme d’échanges mutuels, les apports se font aussi bien de leur côté que du mien. Je donne la «mise en scène», autrement dit l’histoire et l’idée du décor simple et pratique : l’écran de fond et eux y apposent leur talent. Il faut savoir que Métronome est joué depuis 2009, ils sont rodés mais au lieu d’avoir une lassitude, il y a une progression, une amélioration constante qui est pour moi réjouissante.

Pourquoi le situer dans le métro, c’est un lieu «in», l’édition s’en est emparée avec Laurent Deutsch entre autres…
P.L. Et bien, parce que j’ai été marqué par la lecture d’une nouvelle de Maupassant, Boule de Suif, c’est un huis clos dans une diligence.
X.M. Il faut savoir qu’avant d’en arriver au métro, on a tenté le château et la caverne qui sont aussi des lieux confinés, mais le métro a ce «plus» qui est l’ancrage actuel, ça parle au public, c’est un lieu de croisement mais aussi de rencontres inopinées.
P.L. Et il y a cette notion de voyage de station en station avec des univers différents, c’est une évasion spatiale mais aussi mentale que l’on amène au spectateur par l’intermédiaire de l’écran notamment.

Comment pourrais-je qualifier ce show, c’est du théâtre, de la comédie musicale ?
P.L.Il reste ce mystère quant à la définition du genre, c’est inédit je dirais, un mélange d’humour, de poésie, de théâtre avec des jeux d’acteurs et du chant avec de belles performances vocales, des reprises de chansons phares.

D’ailleurs comment s’est déroulé le travail en amont, de montage, du choix des morceaux…?
X.M. Le choix des titres s’est fait d’après l’histoire de départ apportée par Pascal, il fallait que les chansons illustrent et fassent sens.
P.L. Imaginez 40 références pour 5 chanteurs, c’est une performance, il se dégage une richesse, un partage.
X.M. Oui on est d’ailleurs une équipe soudée et le choix des chansons se faisait à l’unanimité, il fallait que ce soit cohérent et que cela touche le public, que les morceaux choisis donnent aussi corps à nos personnages pour que l’on s’y attache.

C’est en somme «une good feel comédie», qui vient à point en ces temps moroses.
X.M. C’est une aventure humaine entre nous et avec le public.
P.L. Et c’est un plaisir d’en être à l’origine, il m’arrive de me fondre dans le public et de m’enivrer du spectacle et de l’aura qui s’en dégage.

Un conte moderne, une rencontre artistique qui nous offre un spectacle pétillant, frais et de qualité à l’image de cette troupe et de son metteur en scène.

X.M. (Xavier Margueritat)
P.L. (Pascal Légitimus)

Métronome
Au Théâtre Rive Gauche
du 11 juin au 4 août 2013.
Représentations du mardi au samedi à 19h et une matinée le dimanche à 15h.
Relâches exceptionnelles du 14 au 21 juillet.
Une mise en scène de Pascal LÉGITIMUS, avec Pascale COSTES, Sandrine MONT-COUDIOL, Karine SERAFIN, 
Patrick LAVIOSA et Xavier MARGUERITAT.

A découvrir aussi:

Miss Parker a le vin triste

Ivo Livi chanté par Hélène Arden

Mummenschanz : les musiciens du silence, une expérience inédite à découvrir en famille

Les tentations d’Aliocha : de l’idéal de la Madone à celui de Sodome

Sticky Betty : psyché d’une jeunesse désenchantée

Ernst Lubitsch revisité par une troupe Slovène

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à