Omer Avital - The suite of the East

Omer Avital : Le nouveau pape de la scène jazz new-yorkaise

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Ne vous fiez au côté dandy des sixties d’Omer Avital et de sa bonhomie tendre, car Omer Avital n’est pas que çà. Il est devenu depuis quelques temps le nouveau pape de la scène Jazz new-yorkaise. Lui-même se décrit comme un voyageur à la recherche de nouveaux sons pour façonner sa propre musique. Ce qu’il fait avec merveille, grâce et puissance. Car ce énième album «Suite of the East» d’Omer Avital en tant que leader est une profusion de mélodies, de joie et d’un jazz raffiné qui ne cesse de vous emporter morceau après morceau. Pour lui, la musique est affaire de de communion et de partage. Suivons-le alors vers l’Est.

propos recueillis par

Lorsqu’on lit votre revue de presse, votre parcours entre Israël et New York est souvent mis en avant. Quel apport a-il dans votre musique ?
Mon dernier album est très inspiré de mes propres racines au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Quand je suis retourné en Israël il y a quelques années, J’ai étudié la musique du Moyen-Orient et J’ai enregistré cet album lorsque je suis rentré à New York avec toutes les nouvelles influences de cette musique avec laquelle je m’étais familiarisé en Israël.

On parle également beaucoup de vos collaborations passées avec des grands noms du Jazz ( Wyntin Marsalis, Brad Mehldau, Kenny Garret). Quel rôle ont-elle joué dans votre univers musical ?
Je prends beaucoup de plaisir à jouer avec de grands musiciens et d’en tirer la meilleure expérience musicale possible.

Pensez-vous que votre Jazz soit l’expression même de votre identité personnelle ?
Oui, tout à fait, ma musique est le reflet fidèle de ce que je suis. Elle se fond dans toutes les cultures musicales que j’adore et que j’aime par dessus tout.

Autrement dit, quelle est la place de votre héritage culturel dans vos albums ?
Tout simplement le goût pour la musique.

Pour la sortie de votre dernier album, quelle était l’idée de départ ?
Li’dée était de créer un album où toutes les chansons pourraient se compléter l’une à l’autre et créer une suite… Suite of the East !

Pouvez-vous nous donner la signification du titre de l’album  » Suite of the East  » ?
Sa signification est aussi simple que la résonnance de son titre.

Depuis votre retour à New York en 2005, vous travaillez sur de nombreux projets musicalement éloignés du Jazz. Qu’est ce qui vous attire dans ces nouvelles pistes de travail ?
Au delà de ma formation de bassiste de Jazz, je me vois surtout comme un compositeur qui a beaucoup voyagé à la recherche de nouvelles formes musicale à élaborer moi-même.

Quelle place donnez-vous à ce dernier album dans votre carrière musicale ?
Ce dernier album a beaucoup de valeur à mes yeux et c’est personnellement celui auquel j’accorde le plus d’importance.

Concernant la scène, que faut-il à votre avis pour que vous puissiez dire qu’un concert a été réussi ?
Lorsque que je vois que le public et mes musiciens ont profité pleinement de ma musique. Car, pour moi, la musique, est une élevation spirituelle et si je sens que cela est provoquée par ma musique, je suis heureux.

Travaillez-vous déjà sur un autre album ? Si oui, pouvez-vous nous donner quelques informations à son sujet ?
Oui, nous avons commencé à travailler sur un nouvel album et les dates de studio sont prévues mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant.

Où pourra vous voir prochainement en concert, Omer Avital ?
Je serais du 26 au 29 juin au Duc des Lombards, le 30 juin au Django Reinhardt Festival et le 11 juillet au Festival de Jazz de Nice.

> OMER AVITAL
SUITE OF THE EAST
www.omeravital.com
ANZIC RECORDS

> Le site officiel d’Omer Avital

Lire aussi :

Gretchen Parlato : la nouvelle vague du Jazz

Susie Arioli : le secret de la perfection

Flavio Boltro :  » Monter sur scène avec mon quintet, c’est comme si je montais dans une Rolls Royce »

Elina Duni : un Jazz délicat venu des Balkans

China Moses :  » Le live ne ment pas « 

Shaï Maestro : un jazz entre musique et magie

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à