fbpx

Livre : de courtes nouvelles du front littéraire

par

Par Pascal Baronheid – bscnews.fr / André Bay, ancien directeur littéraire des éditions Stock , qui était aussi écrivain, est mort le 14 janvier. Il avait 96 ans. Quand il publie la première traduction française de Tendre est la nuit, de Francis Scott Fitzgerald, ses premières lignes donnent le ton.

« Avant d’en parler, écrit-il, il me faut faire un aveu personnel. Il m’arrive de haïr, ne fut-ce qu’un instant, les gens qui n’aiment pas certains livres…  » Pendant toute sa carrière, il privilégiera, dira-t-il,  » les livres dont la lecture [l]e change. Tant pis si cela heurte Saint Germain des prés. » (Le Monde)

« … l’annonce de la mort de Maurice Girodias dont nous reçûmes la nouvelle en plein été toscan et celle plus douloureuse encore du chat Simon, qui fut, pour ceux qui s’en souviennent, un très grand chat … » (Colette Lambrichs, dans la lettre d’information des éditions La Différence, janvier 2013)

«En termes de durée, mon attachement le plus remarquable reste une collaboration d’une bonne dizaine d’années aux Nouvelles littéraires./…/ A considérer qu’aux meilleures saisons je reçus /…/ cinq cent francs par chronique, et deux cents aux moins bonnes, c’est-à-dire beaucoup plus longtemps deux cents que cinq cents, il apparaîtra que la critique littéraire n’est pas une activité dont on peut raisonnablement attendre qu’elle offre à ses pratiquants des cabriolets grand sport ».
François Nourissier, dans l’avant-propos à un choix d’articles et de critiques livrés à la presse entre 1962 et 1978 – des pages de très haute tenue, dont le temps ne démentira ni la pertinence, ni la généreuse cruauté. Un vade-mecum par excellence). « Le Cycliste du lundi », essais, éditions La Grande Ourse, 27 euros

Une bibliothèque sans livres ? Quelle idée étrange ! Et pourtant, ce projet révolutionnaire se concrétisera en 2013 avec l’inauguration de la première bibliothèque exclusivement numérique. Biblio Tech ouvrira ses portes à l’automne prochain, à San Antonio, Texas. Si plusieurs universités et bibliothèques municipales américaines proposaient déjà des livres numériques, la grande nouveauté de ce projet réside dans le fait qu’il n’y aura pas un seul livre papier dans cette bibliothèque publique. Cette entreprise, estimée à plus d’un million d’euros, a été approuvée par les autorités régionales. ( in Lettres numériques n° 74)

Lire aussi :

Livre : les petites phrases des écrivains à retenir

Le Prix Lilas : la liste des romans enfin dévoilée

Edition en région : Le livre papier est toujours là

Festival de Luchon : la télévision fait son cinéma

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à