Angoulême 2013 : le livre au centre du débat

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Au cœur même de la célébration de la bande dessinée à Angoulême, le festival a donné avec intelligence une voix à l’avenir de l’édition en invitant trois éditeurs Thomas Gabison (Actes Sud BD), Jean-Louis Gauthey (Editions Cornelius) et Jean-Christophe Menu ( Éditions l’Apocalypse) afin qu’ils apportent des éléments à cette problématique, partagent leur passion de l’édition ainsi que leurs visions de l’avenir.

Jean-Louis Gauthey a commencé par évoquer l’attrait du livre comme une philosophie de son travail d’éditeur et considère le numérique comme complémentaire pour ce format. L’éditeur a poursuivi en précisant  » Nous avons un lectorat très fidélisé. De plus, notre catalogue a une vraie cohérence éditoriale. J’aime bien aussi jouer avec nos lecteurs et susciter en eux le dépit ». Pendant toute la durée du débat, Jean-Louis Gauthey a posé au mieux la complexité du travail d’éditeur, de ses limites et de ses difficultés dans ce débat qui, par certains aspects, a perdu trop souvent le fil du thème initial. ( www.cornelius.fr )

Thomas Gabison, éditeur de bande dessinée chez Actes Sud, a évoqué la singularité de sa collection en insistant sur le côté hybride de son genre. Il a retracé en détail la publication de l’un des premiers ouvrages publiés où il a soulevé avec beaucoup de modestie les erreurs éditoriales qui ont entravé le succès de ce livre avec seulement 600 exemplaires vendus mais dont il a tiré une expérience pour les publications suivantes. ( www.actes-sud.fr)

Jean Christophe Menu, éditeur chez l’Apocalypse entretient une relation privilégiée avec ses auteurs :  » Un livre, c’est minimum 100/150 mails échangés avec un auteur. Pour moi l’édition est tout d’abord inspirée par l’intérêt que j’ai pour le projet. Nous travaillons également beaucoup sur les détails car c’est souvent là que le diable se cache « . En fin de rencontre, Jean-Christophe Menu évoque ses craintes contre Amazon et déplore sa situation hégémonique concernant la vente en ligne qui menace les libraires et conséquemment les maisons d’édition comme la sienne ( Editions l’apocalypse)

L’idée de convier trois éditeurs pour débattre sur la nécessité de continuer à faire des livres était séduisante. Néanmoins, le débat s’est très rapidement éloigné du sujet avec la présentation du travail de chaque éditeur et la promotion de plusieurs titres de chaque maison, complétés par les choix éditoriaux et les détails techniques de fabrication. Par moment, il s’est même engagé des discussions très techniques entre les trois éditeurs sur la fabrication éditoriale. Au cours du débat, la problématique du numérique a été malheureusement à peine abordée tout comme l’avenir du métier de l’édition. Il a fallu attendre les questions du public pour aborder de front ce débat, largement nourri et mené par Jean-Louis Gauthey qui, à lui seul, a maintenu dans le thème cette conférence sur le forum du Nouveau Monde.

Pourquoi continuer à faire des livres ?

Avec Thomas Gabison, jean-Louis gauthey et jean-Christophe Menu – Samedi 3 février 2013 – Forum du Nouveau Monde – Bulle New York

A lire aussi :

Antonio Moya : le virtuose de la guitare flamenca

Angoulême 2013: Dessine-moi 40 ans de Festival

Angoulême 2013 : Ekho, une édition limitée pour le Festival

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à