fbpx

L’Orphan Train Riders : un épisode méconnu de l’histoire des Etats-Unis

par

Par Julie Cadilhacbscnews.fr/ Philippe Charlot évoque un épisode encore peu connu de l’histoire des Etats-Unis, celle de l’Orphan Train Riders. A New-York, au milieu du XIXème siècle, des milliers d’enfants étaient abandonnés à la rue, livrés à eux-mêmes et exposés aux truands et aux proxénètes.

Le révérend Charles Loring Brace décida d’agir et d’en faire des citoyens de la Jeune Amérique en les faisant adopter par les populations des fermes reculées du Middle West. Cet accueil « généreux » avait cependant une contrepartie: les enfants devaient tirer un trait sur leur passé et on effaçait leurs origines en les empêchant de conserver des lettres ou une adresse à contacter. A l’arrivée du train, choisifs dans les mêmes conditions que le bétail dans les foires pour leur robustesse et leur bonne santé, on les affublait même parfois d’un nouveau prénom. Le dernier train des orphelins arrivera au Kansas en 1929 ; on estime que deux millions d’américains aujourd’hui sont descendants de ces enfants et certains cherchent à retourner en quête de leurs origines. Alice Bernard ( âgée de 95 ans) , toute dernière « Orphan Train Rider » de Louisiane, a rencontré en décembre 2011 Mary Maresh ( âgée de 103 ans) qui a été placée, enfant, à Rosenberg au Texas, une rencontre émouvante de « deux soeurs de destin ». Aujourd’hui, deux musiciens, Phil Lancaster et Alison Moore, parcourent les Etats-Unis et donnent un spectacle multimédia alliant musique, vidéo et récits, pour éviter que l’histoire de ces milliers d’enfants ne tombent dans l’oubli. Philippe Charlot, suite à sa rencontre il y a dix ans avec Phil Lancaster, a imaginé ainsi l’histoire de deux frères, Jim et Joey Smith, accompagnés de leur petite soeur Anna, forcés à partir dans l’Ouest américain car abandonnés par un père en détresse. Ils rencontrent en chemin un gamin débrouillard du nom d’Harvey Young…le scénario ménage des allers-retours constants entre deux époques, celle de 1920 et celle de 1990; y est évoqué dès le premier tome le besoin viscéral de connaître son histoire et celle de ceux que l’on a côtoyés. Les dessins de Xavier Fourquemin, qui « préfère mettre en scène le passé » et est « plus habitué à dessiner des chevaux que des voitures », accompagne avec justesse et authenticité ces destinées d’enfants laissés pour compte. Un récit fort intéressant qui sera traité en quatre volets et dont le second paraîtra en janvier 2013. A découvrir! `

Série: Le train des orphelins

Volet 1: Jim

Editions: Grand Angle – Bamboo

Scénario: Philippe Charlot

Dessins: Xavier Fourquemin

Parution: Octobre 2012

Prix: 13,90€

A découvrir aussi:

Face aux sujets délicats, la mesure est de rigueur

Sortilège : une bande dessinée au charme puissant

Les petites gens : un récit plein de tendresse et d’humanité

Pandora : une fille de tempérament au pays de Granzek

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à