fbpx

You all look the same to me : un disque subtil et sincère

par

Par Alexandre Roussel – Bscnews.fr /A redécouvrir : Archive – You all look the same to me
Voilà un parfait exemple de ces myriades de groupes (anglais pour la plupart) qui feront carrière malgré un talent de seconde division, mais qui ont su se transcender le temps d’un album. Pour nos intéressés, Archive, le miracle eut lieu en 2002 avec ce You all look the same to me. Avant ce mini âge d’or, le groupe sortit deux galettes à dominante trip-hop sans grandes originalités. Depuis, ce n’est qu’une longue série d’opus brumeux à la tonalité monotone. Revenons donc vers la lumière. Pour cette troisième livraison, le groupe opta pour deux formats musicaux qui s’avérèrent judicieux. Le rock progressif d’un côté et de l’autre une pop mélancolique et légère pour atténuer tout sentiment de lourdeur. Sur dix titres, un bon équilibre est trouvé. Tout démarre avec l’un des meilleurs titres prog-rock de la décennie 2000, Again. Tout y est, l’intro patiente, l’étirement, le crescendo, l’explosion finale, un vrai régal. Numb emboîte le pas avec ses guitares rugueuses et hypnotiques. Aliénation garantie. Heureusement l’éclaircie déboule sur Meon et sur le faussement sensible Goodbye. S’ensuit un interlude féminin (Now and Then) brouilleur de piste car n’annonçant pas des veloutés de dentelles pop mais, bien au contraire, du psychédélisme électro façon béton armé avec ce Finding it so Hard. Plage qui arrive avec intelligence à déployer ses ailes sur un quart d’heure. La dernière partie de l’album est un délicieux atterrissage en douceur (Fool, Hate) se terminant carrément dans l’acoustique avec Need. Ritournelle intimiste que l’on croirait appartenir au répertoire de Radiohead époque Pablo Honey. est un disque qui vieillira bien à coup sûr (en tout cas mieux que ses géniteurs) car subtilité et sincérité en sont les gardiens. Un disque, c’est déjà pas si mal !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à