fbpx

Bob Bellanca : « Le public ne veut plus se laisser imposer la grande messe du 20H ou les colonnes du Parisien »

Bob Bellanca est un pur produit des radios et médias mainstream. Animateur passé par Skyrock, Fun Radio, puis rédacteur en chef chez France 2, Europe 1, ou encore devenu transfuge chez Ouï FM à la demande du célèbre producteur Arthur, Bob Bellanca a connu l’univers cotonneux de nombreuses rédactions parisiennes. Mais le modèle américain et une tenace envie de liberté ont poussé l’animateur à fonder BTLV, chaîne payante sur le web, au modèle américain qu’il affectionne, pour traiter des sujets de l’inexpliqué, des mystères et de la vie extraterrestre ou des grands sujets de société grâce avec des invité(e)s aux voix discordantes.

Bob Bellanca a rapidement « été blacklisté » par le milieu médiatique parisien malgré le succès de BTLV qui a réuni des milliers d’abonnés payants. Aujourd’hui, à cause d’une grosse levée de fonds qui tombe à l’eau, BTLV est en grand danger. Un entretien explosif avec Bob Bellanca dit « Bob » pour les intimes.


Bob Bellanca, comment passe-t-on d’un animateur vedette de Skyrock à patron d’un média hors des sentiers battus ? Qu’est ce qui vous a fait basculer ?

En fait après avoir passé 9 ans à Skyrock, j’ai fait 5 ans au morning de Fun Radio, ensuite je fus le rédac-chef adjoint d’une émission pour France 2, et de là, j’ai produit pour France Télévision un certain nombre de programmes.
La radio m’a rappelé et j’ai animé sur Europe 1 sport « Les Grands Directs » le week-end. Au bout d’une saison, Arthur qui venait de s’offrir Ouï FM m’a proposé de le rejoindre pour animer les fins d’après-midi.
C’est en quittant Oui FM que l’on m’a proposé un Talk show du soir. Comme je ne voulais pas faire de football ou du cul, j’ai regardé ce qui se passait aux USA et j’ai …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à