fbpx

Olivier Barruel : « J’ai compris que la France telle qu’on l’a connue allait bientôt mourir, ce n’est qu’une question de temps »

Le journaliste Olivier Barruel, qui a notamment collaboré avec Canal+, TF1, ou encore Arte, a publié une enquête sur Émilie König, une jeune bretonne convertie à l’islam radical et devenue par la suite un agent de recrutement pour l’État islamique en Syrie. Son ouvrage « La bombe humaine » revient sur le parcours d’Emile König et dresse plus largement un état des lieux effrayant de la radicalisation islamiste en France. Un entretien explosif !

Pourquoi avoir décidé d’enquêter sur la Ville de Meaux et son « entrisme islamique » en 2012 ?
Initialement, je réponds présent à la demande d’une consœur de la presse écrite qui a besoin d’aide. A l’époque je suis sur plusieurs projets en même temps, on peut donc parler de hasard. Cette consœur me raconte l’histoire incroyable d’une femme, Rachida, ayant plusieurs fatwas sur sa tête. J’ai du mal à le croire. Comment en France une femme qui dénonce simplement des faits, s’ils sont avérés, peut-elle risquer sa vie ? Il était hors de question que je laisse passer une telle histoire. Je suis de l’école CAPA, là-bas le terrain c’est comme une seconde peau.
Ma consœur avait initialement besoin d’un journaliste réalisateur capable d’assurer le tournage des séquences dans ce qu’on appelle aujourd’hui des milieux hostiles. Tout a commencé comme cela. Malheureusement pour moi les choses se sont compliquées rapidement et comme je l’explique dans le livre, j’ai découvert des choses incroyables ; plus je tirais la ficelle plus il y en avait de nouvelles qui apparaissaient. J’ai observé au cours de ces années d’enquête la montée d’islamistes radicaux et la perte de territoires par la république. Aujourd’hui, entendre ce type d’affaires est presque devenu normal ; il suffit de suivre l’affaire avec Zineb.

« J’ai observé au cours de ces années d’enquête la montée d’islamistes radicaux et la perte de territoires par la république »

Comment définiriez-vous cet entrisme islamique ?
Il s’agit d’un entrisme sournois. Mezri Hadad l’appelle « l’entrisme islamotrotskiste sournois ». Il s’agit avant tout d’un combat politique sur une scène de géopolitique. On constate que les extrémistes ayant pris le pouvoir dans toutes les mosquées de France portent la marque de fabrique des trotskistes : talents oratoires, prosélytisme caché, putsch, votes …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à