fbpx

Maxime Nicolle : « Le gouvernement italien a commis une grossière erreur et fait de la récupération politique »

Maxime Nicolle, alias Fly Rider, est devenu l’un des personnages emblématiques du mouvement des Gilets Jaunes. Putsch l’a longuement interviewé pour en savoir plus ce leader charismatique et souvent décrié. Maxime Nicolle s’est exprimé dans Putsch et révèle qu’il sera défendu par l’avocat de Julian Assange, Juan Branco, suite aux pressions qu’il subit. Maxime Nicolle analyse la suite du mouvement, sa vision de la démocratie et réagit sur la rencontre entre Luigi Di Maio et les représentants de la liste européenne dénommée RIC. Un entretien percutant !

Propos recueillis par Matteo Ghisalberti et Nicolas Vidal

Quelle analyse faites vous de la rencontre d’hier entre Luigi Di Maio et les Gilets Jaunes de la liste européenne RIC ?
Les personnes qui ont rencontré Luigi Di Maio ne sont pas des Gilets Jaunes car ils ne respectent pas le mouvement. Ils se sont politisés alors que le mouvement des Gilets Jaunes est par essence apolitique. De plus cette rencontre a été organisée sans demander l’avis de la totalité du mouvement. De notre côté, nous souhaitons des prises de décision grâce à de la démocratie directe. Il est nécessaire de passer par des référendums pour savoir comment se décident les choses. Il y a là une décision de gens qui servent leurs intérêts personnels. Nous avons, de notre côté, contacté immédiatement l’Agence France Presse pour publier un démenti quant à cette rencontre. Ce ne sont pas des Gilets Jaunes et encore moins des leaders du mouvement. Luigi Di Maio a donc seulement rencontré des gens qui montent une liste aux européennes.

 

« Il y a là une décision de gens qui servent leurs intérêts personnels. Nous avons, de notre côté, contacté immédiatement l’Agence France Presse pour publier un démenti quant à cette rencontre »

 

Avez-vous eu des contacts avec des personnes qui participent à cette liste ?
Non, car pour nous ce n’est pas du tout dans l’optique du mouvement qui est par essence sans chef et sans leader donc il ne faut pas perdre de temps à expliquer des choses à ces personnes alors qu’ils ont choisi une voie différente. Nous ne sommes pas là pour les empêcher de le faire car la démocratie permet de laisser le choix à chacun de faire ce qu’il veut. Le problème réside dans le fait que cette liste est faite au nom des gilets jaunes en se présentant comme des leaders des Gilets Jaunes et en reprenant l’anagramme RIC qui est l’une des revendication principales des …

Pour lire la suite et accéder en illimité aux articles de , profitez de notre offre de lancement

[Offre spéciale]

3,99€*

* Accès à tous les articles de par renouvellement mensuel
Abonnez-vous

Vous devez vous abonner pour lire cet article.

M'abonner à