fbpx

47 Meters Down : un petit thriller claustrophobique au fond de l’océan

par

Par BSCNEWS – Deux soeurs parties se changer les idées au Mexique ( Mandy Moore et Claire Holt) font l’expérience de la plongée sous-marine au milieu des requins.

Tout coïncide à ce que l’aventure finisse mal au gré des éléments (grossièrement) dispersés çà et là par le réalisateur Johannes Roberts ( The Door / Storage 24 / Roadkill…). Après une mise en route trop longue et convenue, l’incident survient lorsque la cage où sont enfermées les deux jeunes filles coule à 47 mètres de profondeur suite à la rupture d’un câble. Le réalisateur déroule alors sa trame qui s’appuie fermement sur l’environnement hostile des grands fonds. Les requins sont bien entendu de la partie mais le principal moteur de suspense reste la raréfaction de l’oxygène qui maintient le suspense aquatique.

Clouées au fond de l’eau, paniquées, les deux soeurs s’en remettent à l’instinct de survie qui se fait jour au gré des stratagèmes pour contacter le capitaine du bateau et remonter à la surface.
Le film ne présente aucune originalité par rapport aux films de genre et mise gros sur l’hémoglobine pour relancer l’histoire. On peut en revanche apprécier la reconstitution des grands fonds et quelques rudiments de plongée sous-marine. Quelques rebondissements sans panache tiennent malgré tout le film à bout de bras.

Rien d’exceptionnel donc dans 47 Meters Down produit par les frères Welnstein qui ne restera pas dans les anales et qui, au mieux, peut aspirer au titre de petit thriller aquatique de divertissement. Ni plus, ni moins.

47 Meters Down
Réalisation : Johannes Roberts.
Scénario : Johannes Roberts & Ernest Riera.
Avec Mandy More, Claire Holt, Matthew Modine…
Durée : 1 h 27.

En sélection officielle au Festival du cinéma américain de Deauville

Sortie en salles le 28 juin 2017 & disponible en e-cinema le 28 septembre 2017.

Lire aussi dans nos critiques cinéma :

120 battements par minute : le militantisme coup de poing d’Act Up

Heis : le film d’une génération par Anaïs Volpé

Et les mistrals gagnants : l’enfance et la maladie

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à