fbpx

Musée du Louvre : Johannes Vermeer, génie solitaire de son temps

par

Par Manon Bricard – Du 22 février au 22 mai 2017, le musée du Louvre organise, en collaboration avec la National Gallery of Ireland et la National Gallery of Art de Washington, une exposition-événement autour du peintre Johannes Vermeer et de ses pairs.

Pour la première fois depuis 1966, un musée parisien accueille les oeuvres du maître hollandais. Cette exposition réunit ainsi douze tableaux du maître, près d’un tiers de son oeuvre connue. Surnommé « le Sphinx de Delft », Vermeer est emblématique de la peinture de genre, cette représentation raffinée de scènes de la vie de tous les jours qui se développe en 1650. Sa réputation de génie solitaire le précède, jusqu’à en devenir mythique.

Mais cette exposition dévoile une image différente de ce peintre de renom. Elle cherche au contraire à briser cette légende qui perçoit en Vermeer un artiste isolé, pour montrer que ce peintre, aussi génial soit-il, n’a pas pu parvenir à un tel degré de maîtrise en restant coupé du monde artistique de son époque. En explorant les différentes relations que Vermeer a pu entretenir avec d’autres artistes majeurs de son époque (on peut citer Jan Steen, Pieter de Hooch ou encore Gerard ter Borch), l’exposition cherche à mettre en lumière des artistes qui s’inspiraient, s’admiraient et rivalisaient entre eux pour se surpasser, à cette période faste qu’est le Siècle d’or hollandais.

Pour plus d’informations : www.louvre.fr

« Vermeer et les maîtres de la peinture de genre »
22 février – 22 mai 2017
Hall Napoleon, Musée du Louvre.

(Photo : 20_Johannes Vermeer, La Laitière, vers 1658-1659. Huile sur toile. 45,5 x 41 cm. Amsterdam, Rijksmuseum © Amsterdam, The Rijksmuseum)

Lire aussi dans notre sélection d’expositions :

Gérard Garouste : un aperçu original de l’artiste au BAM

Pierre Alechinsky : un catalogue « à remarques marginales »

Lumière et ombre : les deux faces d’Albert Besnard

Bernard Buffet: une rétrospective virulente mais nécessaire

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à