fbpx

Mascarade : un superbe roman graphique entre conte initiatique, récit d’aventures et thriller

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Gaëlle est en vacances à la campagne. Ses parents viennent de se séparer, et refusant d’accepter la réalité, elle vit des heures conflictuelles avec sa mère. Dotée d’un fort caractère et d’une imagination débordante, elle fait très vite de Titou, un jeune orphelin élevé par sa grand-mère, un compagnon de jeu docile et admiratif qui reste cependant souvent sceptique vis à vis des histoires étranges qu’elle raconte. En effet, depuis que la grand-mère de Titou leur a expliqué la tradition locale de confection des masques et les pouvoirs qu’ils recèlent, Gaëlle a décidé d’en fabriquer elle-même et une nuit,  » sous l’œil rond de la lune qui en a pourtant vu d’autres », elle enfile un masque et est projetée dans un autre monde bien plus hostile et dangereux.

Rêve? Réalité? Des signes troublants laissent à croire que ces mondes étranges existent. Il n’est pas toujours confortable de vivre les légendes et de surcroît, c’est peut-être dans la réalité que l’ogre le plus dangereux menace et qu’il sait montrer patte blanche…une leçon pour Gaëlle qui l’aidera à grandir? Voilà un roman graphique, entre conte initiatique, récit d’aventures et thriller que l’on ne saura trop vous louer et vous recommander! Il y a du génie assurément dans ce récit où l’on rencontre notamment la terrible ogresse Baba Yaga, Saturne dévorant un de ses fils, une Reine de Lune qui a tout d’une Reine de cœur, le capitaine Crochet ou presque, ou encore Gepetto et sa marionnette…Truffé de références et admirablement dessiné au crayon et à l’aquarelle , Mascarade n’est cependant pas à mettre sous les yeux d’un jeune enfant. Des images troublantes y rôdent, des visages d’enfant blafards que l’on n’oublie pas. On croise, de plus, dans ce roman graphique plusieurs figures d’ogre dont les plus effrayantes ne proviennent pas des morphologies les plus disgracieuses. Une leçon utile pour tous ceux qui ont tendance à se fier à la mine! Si les passages oniriques suscitent l’admiration et plongent le lecteur dans des parenthèses magiques où tout semble possible, si les masques et les costumes confectionnés par Julien ont des airs de fête merveilleuse, le cauchemar menace, finit par se concrétiser et, en ombres chinoises ou en illustrations muettes, il revient nous hanter…Heureusement qu’en grandissant, certains ogres, au moins, cessent de nous importuner! Ne passez pas à côté de ce roman graphique !

Mascarade de Florence Magnin

Éditions: Daniel Maghen

En librairie le 6 novembre 2014

240 pages, cartonné / Prix: 29€

A partir de 12 ans et pour adultes

A lire aussi:

´Femme des années 80´

Moby Dick :  » Marins, mettez le nez à l ‘air! Ne sentez-vous rien? »

Amour, opium et peinture…

De l’horreur du colonialisme

Eco et le mystère de la Vie

Une case en moins : la bipolarité en question

David Cantolla : Gloires et déboires d’un entrepreneur

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à