fbpx

Les derniers mois chaotiques du maître Modigliani

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Amedeo Modigliani souhaite s’engager dans l’armée au déclenchement de la première guerre mondiale mais sa santé fragile le fait réformer. C’est un être qui fascine les femmes et connaît de nombreuses aventures féminines jusqu’au jour où il rencontre Jeanne Hébuterne dont la famille bourgeoise n’apprécie guère la liaison avec l’artiste- qu’elle considère comme un homme de mauvaise vie – et lui ôte toute aide financière. Pourtant Jeanne restera auprès de lui et l’aimera jusqu’à la fin, se suicidant le lendemain du jour où l’artiste décèdera d’une méningite tuberculeuse.

Laurent Seksik nous raconte les trois dernières années de ce peintre figuratif fascinant. On y croise Léopold Zborowski, canne indispensable au couple, se chargeant des affaires du peintre et lui permettant d’avoir une vie décente , consolant et faisant office de confident pour Jeanne souvent délaissée par son amant parti s’enivrer d’opium, d’absinthe ou de chair. Mais aussi un Pablo Picasso dans un troquet parisien ou encore un vieillissant Auguste Renoir dans sa maison de campagne. La narration met en avant avec pertinence certaines anecdotes dont notamment l’exposition-fiasco chez la marchande de tableaux d’avant-garde, Berthe Weill, qui est sommée par le commissariat de retirer quatre nus parce qu' »ils ont des poils! » et dont le scandale fera qu’aucun tableau ne sera vendu. Fabrice Le Hénanff, quant à lui, rend superbement hommage au pinceau de Modigliani en insérant de nombreux portraits saisissants et en faisant de chaque vignette une toile à part entière.
Un coup de cœur assurément!

Modigliani, Prince de la bohème
Editions: Casterman
Scénario: Laurent Seksik
Dessin: Fabrice Le Hénanff
Prix: 16 €

A lire aussi:

Le dixième peuple : la magie contre le chaos

Quand l’histoire bégaie…

Désopilants Zombies contre Affreux Vilains

Un arrêt de mort est si vite arrivé

Koba ou quand l’Histoire a un goût de sang

Silex and the City : Nom d’un burqanosaure!

Il était une guerre… il y a 100 ans.

Djief et l’Amérique des Années Folles

L’étendard de l’histoire : Vercingétorix et Philippe le Bel

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à