fbpx

Tango et autres contredanses

par

Par Marc Emile Baronheid – bscnews.fr/ Malgré la louable réussite de son écurie française, emmenée par l’étalon Lemaître et l’inépuisable Grangé, Albin Michel mise sur d’autres pur-sang pour appâter les parieurs.

En tête de peloton, le très suivi Pieter Aspe, ancien bedeau converti à une paillardise de bon aloi. Son héros récurrent : Pieter Van In, commissaire de police à Bruges, amateur de bière Duvel, sensible au beau sexe mais serré de près par sa campagne Hannelore, juge d’instruction, qui cède plus souvent que de raison aux pulsions libidinales de son Arsène chaud Lupin. Van In n’est pas enclin à prendre au sérieux la banale disparition d’un joueur endetté. A sa décharge, il revient de voyage de noces en Argentine et s’est mis – laborieusement – au tango. Erreur ! Il va devoir affronter la mafia russe, les chausse-trapes tendues par des notables brugeois mêlés à des parties fines dont des photos compromettantes circulent sous le manteau et même choisir entre devoir et risque de perdre des êtres très proches. Un roman d’Aspe ne tolère aucun temps mort. Tout au plus de brefs moments de répit lorsque Van In se réfugie dans son cabaret de prédilection pour réfléchir devant quelques Duvel, ou entreprend de répondre aux sollicitations enflammées de la pulpeuse Hannelore. L’immersion est permanente, dans cette bande de Flandre immémoriale que baigne la Mer du Nord. Un exotisme étonnant, fait de simplicité efficace et de tradition opiniâtre, déjà savouré par près de deux millions de lecteurs dans la langue originale. Originale au point de désarçonner la traductrice et, s’il existe, le correcteur, coupables de plusieurs bévues. Très malencontreux, dans un roman par ailleurs bravement enlevé, à l’amusante dimension ethnologique, propice à distraire les champions du transatlantique, qu’ils s’y exercent de Biarritz à Blankenberge. Aspe résiste à l’actuel déferlement érotique. Il consent tout au plus à en entrouvrir tièdement la porte : « Hannelore resserra le nœud de la ceinture de sa sortie de bain, car l’ouverture bâillait un peu trop, et la vue de ses cuisses risquait encore de donner des idées à Van In ». Mutatis mutandis, on est plus proche de Moravia que de Françoise Rey. La quatorzième enquête « traduite » en français d’une série en cours et pas près de se clôturer.

« Dernier Tango à Bruges », Pieter Aspe, Albin Michel, 18 euros

A lire aussi:

Brèves de dézingue

Méfaits et gestes

Après Simenon, quel roman policier en Belgique ?

Colporteurs de bons sentiments s’abstenir

Polars : dérives vers l’enfer

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à