fbpx

Zep : Autant n’en emporte pas le temps

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Sandro est une rock star internationale. Il invite dans son immense manoir anglais, vingt ans après le début de son succès, ses potes d’antan, ceux avec lesquels il avait monté son premier groupe, les Tricky Fingers, et qui lui avaient permis de se faire remarquer par des producteurs.

La dissolution du groupe, à l’époque, ne s’était pas faite sans malaise, non-dits, rancœurs et traumatismes et depuis Sandro et Yvan, par exemple, ne s’étaient pas revus. Il faut dire qu’en avril 1995, alors qu’Yvan venait de se séparer d’Annie, la jeune femme se mettait en couple avec Sandro. Depuis, ils avaient eu un fils, Paul, qui s’était tué en moto à l’âge de 18 ans.
C’est l’heure pour Frank le gai luron aux divorces en série, Yvan l’adolescent de 43 ans qui cajole son mal-être et Jibé reconverti dans les surgelés de l’entreprise de Beau-Papa de se confronter au passé ou, du moins, de réaliser ensemble toutes ces années de séparation et de mettre un mot sur ce que l’on taisait jusqu’alors. Zep raconte avec authenticité ces retrouvailles de potes, avec leur lot de réjouissances masculines et le plaisir des complicités retrouvées mais aussi les mots qui échappent, les confidences que l’on ose et les constats que l’on est obligé d’accepter.
Usant d’effets de monochromies qui conviennent parfaitement à cette fiction de l’ordinaire, Zep prouve qu’il dessine les adultes aussi bien que les enfants et qu’il a une plume habile qui sait brosser un portrait juste et doux-amer d’une bande de copains quarantenaires à qui la vie a ôté ses illusions de grands ados….

Une histoire d’hommes
Auteur: Zep
Editions: Rue de Sèvres
Parution: 11 septembre 2014
Prix: 18€

A lire aussi:

Bande-Dessinée et Réalité Augmentée au coeur de la Défense

La bd, Angoulême, les librairies et la lecture : c’était mieux avant?

Diagnostics : troubles mentaux en scénarios

Tous les héros n’exécutent pas des entrechats entre deux sommets d’immeubles

Zep : Happy Birthday Titeuf !

Manu Larcenet : le Blast, la tête la première

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à