fbpx

Charlize Theron : une Blanche-Neige convaincante dans un conte étonnant

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / Dans un royaume lointain, naquit la petite Blanche-Neige, fille d’une reine très belle et d’un roi très courageux. Malheureusement, la reine était aussi très malade et mourut, laissant sa fille et son époux inconsolables. Le roi pour épuiser sa rage et son chagrin se jette à corps perdu dans la bataille, et ramène rapidement un trésor inestimable, une prisonnière sublime qui lui fait immédiatement oublier son triste veuvage. Il l’épouse sur le champ et elle le poignarde sur le lit de noces.

Introduction inédite au conte que pourtant tout le monde connait. Comme dans la légende, la méchante reine, ici Ravenna (Charlize Theron) enferme la princesse (Kristen Stewart) dans un donjon inaccessible, dont elle parviendra à s’échapper quand même avant de rejoindre la forêt hantée où nul n’ose pénétrer. La belle-mère fait alors appel à un chasseur familier des lieux pour retrouver la fugitive. Ce chasseur (Chris Hemsworth) ne peut refuser, il a perdu sa femme et la reine aux puissants pouvoirs lui promet de la ressusciter pour lui en échange de la jeune fille…

La cinématographie du film est incroyable entre les scènes de bataille ou Blanche Neige se fait Jeanne d’Arc et les décors oniriques où on approche plutôt d’Alice aux pays des merveilles. Les costumes de Colleen Atwood (déjà neufs nominations aux Oscars et trois récompenses) sont extraordinaires, et les transformations de Charlize Theron valent à elles seules le déplacement. On retrouve les éléments essentiels du conte, le chasseur qui se refuse à livrer la jeune fille, la pomme empoisonnée qui plonge l’héroïne dans un profond sommeil, les huit nains (oui, oui), une reine obsédée par la beauté éternelle qui n’a pas besoin de se changer en sorcière pour faire peur, et l’innocence de Blanche-Neige, qui seule pourra vaincre la terrible souveraine. On pourrait peut-être reprocher quelques psycho-analyses superflues des protagonistes, mais l’ensemble est très réussi et les acteurs très convaincants.

Blanche Neige et le chasseur de Rupert Sanders (Sortie le 13 juin 2012)

> À lire aussi

Avengers : La crème des superhéros américains dans un seul film

The Hunger Games : un film cousu de fil blanc mais divertissant

Alex Hyde-White : Trois jours (d’Hamlet)

Starbuck : David Wosniak, père de 533 enfants

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à