fbpx

Robert Sabatier : l’honneur d’être populaire

par

Par Marc-Emile Baronheid – bscnews.fr / Si l’auteur ne le racontait pas, on aurait peine à le croire : les aventures d’Olivier, héros emblématique de Montmartre sont nées à … New York ! Une bande de gosses jouant avec l’eau d’une bouche d’incendie a remonté chez Robert Sabatier le mécanisme des souvenirs d’enfance. A chacun sa madeleine. Mais l’écrivain était loin d’imaginer qu’il ouvrait grandes les vannes d’une épopée solidement ancrée au monde fabuleux de la rue, qui allait déferler au long de huit romans enchanteurs.

 

Il n’y a pas de hasard. Ces livres rassemblés à l’enseigne du Roman d’Olivier paraissent au moment où le cinéma propose La Guerre des boutons et les tribulations du Petit Nicolas. Le gamin de Sempé est  un parent bien plus proche d’Olivier que ne le serait Petit Gibus. Encore que.
« Les Allumettes suédoises » a obtenu lui aussi les faveurs de l’ écran (1995). Dans la distribution on note  Dora Doll, comédienne pulpeuse qui a dû émoustiller in illo tempore le papa d’Olivier.
Cet ensemble narratif c’est le passage de la chrysalide au papillon, le déploiement d’une extraordinaire palette de sentiments. Bien plus qu’un roman d’apprentissage, il est l’art fragile, égarant, émouvant, douloureux parfois mais combien prodigieux du métier d’ homme. Kipling revisité par un émule de Voltaire, dans une langue limpide, coulant de source, sans éluder les épisodes noirs foncés de l’époque.
Raconter, résumer cette odyssée magnifique ? Non. Simplement vous inciter à la découvrir, toutes violences cessantes. L’innocence contre les histoires d’enfants soldats, la tendresse plutôt que les trahisons sentimentales, .
Et n’oublions pas que Robert Sabatier  est aussi un poète délectable que le succès romanesque n’a jamais détourné de ses premières muses, auquel on doit encore une monumentale  « Histoire de la poésie française » en neuf volumes (Albin Michel), somme incomparable par sa complétude, sa finesse d’analyse, la justesse du commentaire.
Qu’est-ce qu’un classique ? La démonstration en 1568 pages.

« Le roman d’Olivier », Robert Sabatier, Omnibus, 29,50 euros. Contient « David et Olivier – Olivier et ses amis – Les Allumettes suédoises – Trois sucettes à la menthe – Les Noisettes sauvages – Les Fillettes chantantes – Olivier 1940 – Les Trompettes guerrières

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à