fbpx

Passages à l’acte: un bouillon de culture d’affaires criminelles

par

Par Stéphanie Hochet- PUTSCH.MEDIA/ Né en 1964, Ferdinand Von Schirach est avocat de la défense et travaille au barreau de Berlin depuis 1994. Crimes a connu un grand succès public en Allemagne et reçu le prestigieux prix Kleist. L’ouvrage livre dans un style ramassé un concentré de passages à l’acte. Passionnant.

Le premier recueil de nouvelles de l’avocat Von Schirach pourrait ressembler à un bouillon de culture d’affaires criminelles : mi-fictives mi-réelles, les histoires mettent en scène des personnages souvent banals, parfois atypiques, issus d’univers sociaux variés. Liées par l’écriture de l’auteur dont le ton, la vision lucide sur le monde du crime et de la Justice interpellent, ces onze nouvelles sont autant de portraits de criminels que Von Schirach aura sans doute rencontrés. On ne sera pas étonné d’apprendre que l’amour et son pendant amer, la jalousie, sont souvent à l’origine du fait divers. Qu’un homme, plusieurs décades auparavant, ait juré à sa nouvelle épouse de ne jamais la quitter, quoiqu’il arrive, et nous voilà sur les traces d’un crime passionnel qui devra bien libérer le vieil homme d’une vie d’humiliations. Il tue, mais ne la quitte pas, en effet. Une sœur abrège les souffrances de son frère atteint d’une maladie épouvantable en le noyant dans une baignoire. Dans une autre nouvelle, un jeune homme assassine sa compagne qui se prostituait pour l’aider à payer ses dettes –certes, il n’en savait rien. À un autre moment, on découvre que derrière le démembrement d’un cadavre réside la preuve d’amour – il faut lire Quelle chance. Comme le reconnaît le narrateur avocat de la défense : La jalousie est une puissante motivation, on s’en doutait, mais quels détours ces sentiments peuvent prendre… Von Schirach peint à merveille la réalité des pauvres types qui finiront mal – depuis toujours Wagner souffrait de sa médiocrité –, mais aussi les situations absurdes qui touchent au tragique : Il avait encore ses chaussettes, il était mort. On pense parfois à des couples frères sœurs qui rappellent Les Enfants terribles de Cocteau, même si le pendant contemporain chez Von Schirach est plus sanguinolent. Au petit bonheur, l’auteur livre des réflexions Polar Crimespassionnantes sur le métier d’avocat de la défense qui ne souhaite pas toujours savoir ce qu’il s’est réellement passé et qui ne posera pas de questions à un témoin dont il ignorera la réponse au procès ; quant aux conseils d’un commissaire de la criminelle, suivez l’odeur de l’argent ou les traces de sperme. De la sorte, on élucide chaque meurtre, voilà qui a le mérite d’être clair. Quant aux juges qui aspirent à bien dormir et ne condamnent pas sur des doutes, leur solitude paraît abyssale.
Issus des milieux interlopes ou de la bourgeoisie de province, les criminels de Von Schirach n’ont pas fini de hanter le lecteur.

Auteur: Ferdinand Von Schirach

Titre: Crimes
Gallimard Éditions

Laissez votre commentaire

Il vous reste

0 article à lire

M'abonner à